Navigation : comédie romantique

The Valet dure deux heures. Deux heures durant lesquelles il ne sera pas nécessaire de penser à la pandémie, à la crise climatique, aux prochaines élections québécoises, ou encore à la guerre en Ukraine. C’est sans doute là sa plus grande qualité.

Marry Me est donc une œuvre classique, décidément, mais juste assez soignée et conscientisée pour s’élever au-dessus de bon nombre de productions du genre, dont certaines sont décidément très oubliables.

Le scénario est relativement classique: celui du parent et de son enfant que le temps a séparé, et qui s’exilent en un endroit donné, se donnant au passage le temps et la volonté de crever l’abcès et de régler leurs problèmes. Made in Italy, premier long-métrage du réalisateur James D’Arcy, qui signe aussi le scénario, suit cette structure narrative connue, mais de façon assez efficace pour que le film soit agréable à voir.

Lors d’un mariage organisé à Palm Springs, en Californie, Nyles, qui n’a certainement aucune envie d’être là, finit par s’enticher de Sarah, la soeur de la mariée. Au moment d’entamer une partie de jambes en l’air dans le désert, Nyles est atteint à l’épaule par une flèche tirée par Roy, avant de s’engouffrer dans une caverne d’où émane une mystérieuse lumière rouge. Sarah s’y glisse à sa suite… et ainsi débute Palm Springs, une sympathique comédie romantique à thématique de voyage temporel réalisée par Max Barbakow.

S’il met en vedette une actrice bien en chair plutôt qu’une femme au physique de mannequin, le film Isn’t It Romantic, disponible dès aujourd’hui en Blu-ray et DVD, ne s’éloigne pas beaucoup des clichés de la comédie romantique, qu’il tente pourtant de parodier.