Navigation : congrès

Dans la foulée des élections hors-normes du 3 novembre dernier, aux États-Unis, où les Américains ont non seulement élu Joe Biden à la présidence, mais aussi renouvelé l’ensemble de la Chambre des représentants et une partie du Sénat, les nouveaux élus semblent très fortement campés du côté des croyants, alors que le portrait religieux de l’Amérique est pourtant en pleine transformation, avec une désaffection des églises.

Ceux qui espéraient un exorcisme vont devoir retourner à leurs bénitiers. La nette répudiation du trumpisme que les derniers sondages laissaient entrevoir, au vote populaire sinon au Collège électoral, a plutôt fait place à un duel au corps à corps dont l’issue ne sera pas connue avant ce soir, voire peut-être vendredi. Et ce, même si Donald Trump s’est empressé de proclamer victoire en pleine nuit et de faire appel aux tribunaux pour arrêter le décompte du vote postal dans les États clés où il mène au vote en personne.

Bien que le duel entre Joe Biden et Donald Trump aspire tout l’oxygène disponible, il n’y a pas que la présidence qui sera en jeu le 3 novembre. Les électeurs devront aussi pourvoir des milliers d’autres postes électifs, de l’humble contrôleur des finances du comté jusqu’au puissant sénateur en passant par les shérifs, les législateurs locaux et même… les directeurs d’élections. Voici les portraits de quelques-unes des courses les plus importantes.

Au moment même où les sénateurs américains participent au procès en destitution de Donald Trump, une majorité d’habitants du pays de l’Oncle Sam espèrent que le président soit reconnu coupable d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès, et perde son emploi. Cette majorité est cependant extrêmement mince, précise le coup de sonde.

Le conflit politique entre les démocrates et le président américain Donald Trump, dans un contexte de paralysie partielle du gouvernement des États-Unis, s’est transposé sur le petit écran, lundi, alors que l’annonce d’un discours présidentiel à la nation, prévu pour mardi soir, a suscité des appels à l’équité pour les adversaires politiques de ce dernier. Appels qui semblent avoir été entendus.

« Les élections en Floride devraient être accordées (au gouverneur sortant) Rick Scott et (au représentant sortant) Ron DeSantis! », s’est exclamé lundi le président américain Donald Trump, réclamant du même coup l’arrêt du recomptage des votes à la suite des scrutins particulièrement serrés de mardi dernier, dans le cadre des élections de mi-mandat. 

Le pays qui abrite le plus grand nombre de Nobel de science vient, avec ses élections de mi-mandat, de se doter d’un comité de la Chambre sur la science qui admettra la légitimité des climatologues… pour la première fois en près d’une décennie.