Navigation : congrès

Au moment même où les sénateurs américains participent au procès en destitution de Donald Trump, une majorité d’habitants du pays de l’Oncle Sam espèrent que le président soit reconnu coupable d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès, et perde son emploi. Cette majorité est cependant extrêmement mince, précise le coup de sonde.

Le conflit politique entre les démocrates et le président américain Donald Trump, dans un contexte de paralysie partielle du gouvernement des États-Unis, s’est transposé sur le petit écran, lundi, alors que l’annonce d’un discours présidentiel à la nation, prévu pour mardi soir, a suscité des appels à l’équité pour les adversaires politiques de ce dernier. Appels qui semblent avoir été entendus.

« Les élections en Floride devraient être accordées (au gouverneur sortant) Rick Scott et (au représentant sortant) Ron DeSantis! », s’est exclamé lundi le président américain Donald Trump, réclamant du même coup l’arrêt du recomptage des votes à la suite des scrutins particulièrement serrés de mardi dernier, dans le cadre des élections de mi-mandat. 

Le pays qui abrite le plus grand nombre de Nobel de science vient, avec ses élections de mi-mandat, de se doter d’un comité de la Chambre sur la science qui admettra la légitimité des climatologues… pour la première fois en près d’une décennie.

Michael Moore est désespéré. Du moins, c’est l’impression qu’on retire de Fahrenheit 11/9, le plus récent documentaire du coloré réalisateur. Articulé autour de Trump et des dérives du système politique américain, le film réussit quelques touches, sans atteindre les sommets de Bowling for Columbine et Fahrenheit 9/11.

Quel est l’impact des initiatives de vérification des faits qui se sont multipliées ces dernières années, incluant le Détecteur de rumeurs? Comment éviter que ces efforts ne prêchent qu’aux convertis?

Des dirigeants des deux principaux partis politiques américains ont réclamé dimanche que le président Donald Trump mette fin à la pratique de son administration consistant à séparer les parents de leurs enfants lors de leur arrestation à la frontière, alors que le dossier contribue à polariser encore plus le dossier déjà toxique de la réforme de l’immigration dans les officines de Washington.