Navigation : Technologie

Technologie
0

Google (encore) dans le collimateur de Bruxelles

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, va à nouveau frapper un grand coup contre Google. Selon les informations du Monde, la Danoise s’apprête à envoyer officiellement, jeudi 14 juillet, un nouvel acte d’accusation contre le géant américain des services Internet.

À la une
0

Privacy Shield: aussitôt voté, aussitôt révoqué?

L’avenir de l’accord « Privacy Shield » entre l’Union européenne et les Etats-Unis, obtenu après de longs mois de difficiles négociations sous l’égide de la Commission, est déjà menacé.
Cet accord établit un cadre légal pour les entreprises qui souhaitent transférer des données personnelles d’Européens aux États-Unis : c’est le cas de nombreuses sociétés qui proposent des services européens mais sont basées outre-Atlantique. Le Privacy Shield, définitivement adopté par l’UE le 12 juillet, remplace le Safe Harbour, un accord du même type qui avait été invalidé en 2015 par la justice européenne.
Pour que l’accord soit conforme au droit européen, les États-Unis doivent offrir aux données européennes sur leur territoire une protection « essentiellement équivalente » à celle que proposent les textes sur le Vieux Continent. L’ampleur de la surveillance menée sur Internet par les États-Unis, et l’absence de garde-fous pour les internautes européens avait lourdement pesé dans l’annulation du Safe Harbour.
Or rien n’indique à ce stade que les pratiques des services de renseignement américain aient significativement changé. Ainsi, l’accord prévoit que les États-Unis puissent surveiller les données des Européens dans les affaires de « sécurité nationale » ou lorsque « l’intérêt public » est en cause. Des notions floues qui laissent une bonne marge de manœuvre aux autorités américaines. Par ailleurs, la collecte de grandes quantités de données européennes est toujours envisagée… si un ciblage individuel n’est pas possible.

Jeux vidéo
0

World of Warships: on a coulé mon porte-avions

Sur le champ de bataille chaudement disputé des jeux multijoueurs gratuits, le réseau Wargaming.net occupe un espace appréciable. Et aux côtés de World of Airplanes et World of Tanks, World of Warships offre une bonne dose de divertissement, en réussissant pratiquement à faire oublier l’omniprésence des microtransactions.

À la une
0

Avec Pokémon Go, Nintendo rugit en Bourse

La valeur boursière de Nintendo continue son vol stratosphérique suite à la parution du jeu pour téléphones intelligents Pokémon Go. Suite à une hausse de 9,3 % après le lancement du titre la semaine dernière, le cours des actions de l’entreprise a bondi de 24,52 %, lundi matin, lors de sa plus forte progression en une journée depuis 1983. Au total, la valeur de l’entreprise a gagné 7,5 milliards $ US sur les marchés.

Technologie
0

Après la censure israélienne, Facebook défend ses normes

Facebook fait sa part pour retirer les contenus inappropriés de son réseau sociaux, a annoncé dimanche l’entreprise, rejetant apparemment les allégations israéliennes voulant qu’elle ne coopère pas pour faire disparaître les messages pouvant alimenter la violence chez les Palestiniens.

Jeux vidéo
0

Call of Duty, la série éclatée

Faudra-t-il bientôt parler de « Call of Thrones » ou de « Game of Duty »? La série Call of Duty vient d’annoncer mardi 28 juin, par la voix de son éditeur Activision, que le troisième contenu supplémentaire téléchargeable pour le jeu de tir militaire Call of Duty : Black Ops 3, sorti à la fin de 2015, mettrait en scène une version uchronique de Stalingrad en 1940… avec des hordes de zombies, des armes futuristes, et des dragons. « Oui, c’est bien vrai. Des dragons », souligne l’entreprise dans son communiqué.

Technologie
0

Facebook et la politique, un mauvais ménage?

Alors que la campagne présidentielle américaine gagne en intensité, le réseau social Facebook fait tout en son pouvoir pour démontrer sa neutralité – un sujet de plus en plus délicat pour l’entreprise alors que les preuves continuent de s’accumuler contre elle.