Navigation : tension

Que se passe-t-il vraiment dans nos rêves? Pour Sarah Dunn, dont la vie semble alterner entre journées moroses et sans éclat, et des nuits apparemment peuplées de cauchemars qui font en sorte qu’elle n’est jamais vraiment reposée, la possibilité de participer à une étude sur le sommeil semble être une voie vers des nuits enfin satisfaisantes. Mais le film d’horreur Come True a d’autres idées en tête…

Tous les univers cinématographiques ne méritent décidément pas d’être approfondis et on l’apprend souvent à la dure. C’est le cas de ce Peninsula, qui nous arrive en DVD après un court passage en salles sombres (et en IMAX notamment) dans le contexte pandémique ironiquement approprié, sorte de suite indépendante et dérivée du succès coréen Train to Busan qui ne s’avérait certainement pas aussi réussi qu’on avait semblé nous le vanter. Une chose demeure sûre, à côté de cette affreuse nouvelle proposition, c’était une grande œuvre.

L’homme qui a tout n’est rien sans amour. Une prémisse complètement inusitée pour un film d’horreur on ne peut plus représentatif de notre époque, où à l’aide de la technologie, on modernise les écrits de H.G. Wells pour s’attaquer à une véritable abomination: la violence envers les femmes. Non, ce n’est décidément pas The Invisible Man comme vous vous y attendez.

Fortement populaire au Royaume-Uni, puis également encensée ailleurs sur la planète à la suite de sa mise en ligne sur Netflix, Bodyguard est une production en six épisodes mêlant terrorisme, syndrome post-traumatique, monoparentalité et espionnage. Le tout avec une bonne dose d’accent écossais.

Sous les profondeurs des glaciers se cachent d’immenses sous-marins appartenant à deux forces politiques distinctes qui s’observent sans oser se confronter. Pourtant, tout est sur le point d’éclater dans ce combat du plus fort qui cache des alliances et des impostures inattendues dans ce film décidément trop désuet pour son époque.

Non loin d’une communauté religieuse isolée, dans une forêt du Nouveau-Mexique, rôde le Mal. Le diable, Satan, Lucifer… Bref, la colonie catholique de Little Heaven, un roman d’horreur de Nick Cutter, publié aux Éditions Alto, porte mal son nom. Le livre, lui, réussit à créer une ambiance glauque à souhait.

Environ 20 % des personnes qui prennent des médicaments pour l’hypertension en prendraient pour rien! La pression artérielle du Détecteur de rumeurs a bondi d’un coup quand il a lu cette donnée relayée par de nombreux médias, la semaine dernière.