Navigation : armes à feu

À la une
1

Les Brésiliens s’arment, les Mexicains se désarment

Afin de réduire le nombre d’armes en circulation dans la capitale du Mexique, Mexico, le programme Sheinbaum offre de l’argent aux citoyens qui rapportent leurs armes aux autorités, rapporte El Pais le 10 février. Alors qu’au Brésil, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro a facilité l’achat d’armes pour les citoyens, rapporte La Vanguardia le 16 janvier.

Santé
1

Les médecins américains contre les fusillades

La NRA, l’association de défense des armes à feu aux États-Unis, jamais à court de controverses, vient apparemment de décider que c’était une bonne idée de s’attaquer aux médecins: dans un tweet publié mercredi dernier — quelques heures avant une nouvelle tuerie en Californie — elle enjoint ceux-ci de cesser de parler de contrôle des armes et de plutôt se contenter de parler de ce qu’ils connaissent.

Vie tentaculaire
1

L’egoportrait a fait 259 victimes

À l’instar du mythe de Narcisse, 259 personnes sont mortes en voulant se photographier depuis 2011, d’après une étude publiée dans le Journal of Family Medicine and Primary Care, rapporte La Nacion le 4 octobre.

Jeux vidéo
2

Hypergun revisité: aimer se faire mal

Il y a quelque chose d’hypnotisant dans Hypergun, ce jeu de tir à la première personne parsemé d’aspects rogue-lite développé et publié par NVYVE Studios. D’assez hypnotisant, en tout cas, pour qu’on y retourne. Encore, et encore, et encore.

Société
1

Un survivant de la fusillade de Parkland victime de cyberharcèlement

« Ça ne sera pas facile mais nous devons persévérer si nous voulons sauver des vies. » En écrivant cette phrase sur son compte Twitter, mardi 20 février, David Hogg ne croyait pas si bien dire, car, depuis ce jour-là, l’élève américain qui a survécu à la fusillade de l’école secondaire de Parkland, en Floride est victime de harcèlement en ligne, et fait l’objet de théories conspirationnistes, l’accusant de ne pas être celui qu’il prétend.

Amériques
0

Semer le chaos à travers le monde avec l’arme américaine

À toutes les 31 minutes, une arme de poing en provenance des États-Unis est utilisée pour commettre un crime à travers le Mexique, le Canada, l’Amérique centrale et les Antilles, a relevé le Center for American Progress basé à Washington. Ailleurs dans le monde, la puissance bannit la vente d’armes au Soudan du Sud, mais participe au Singapore Airshow, rapporte Reuters le 2 février.