Navigation : application

L’assistant vocal d’Amazon, Alexa, servirait de porte d’entrée pour tout une série de programme malveillants qui représentent un risque important en matière de protection de la vie privée, selon une nouvelle étude.

Certains y verront peut-être un incitatif pour se faire vacciner: sur l’application de rencontre Tinder, les mots « vaccin » ou « vacciné » ont augmenté de 258% entre septembre et décembre.

S’agit-il de craintes concernant la protection de la vie privée, ou encore une simple bravade typique des habitants du pays de l’Oncle Sam, dont plusieurs jugent que la pandémie est déjà vaincue? Quoi qu’il en soit, un nouveau coup de sonde indique que près des trois quarts des répondants refuseraient de télécharger et d’installer une application de traçage sur leur téléphone intelligent, un geste jugé pourtant nécessaire pour enrayer la progression de la COVID-19.

Si plusieurs gouvernements, y compris ceux du Canada et du Québec, ne ferment pas la porte à l’idée de faire appel à des applications mobiles pour retracer les gens ayant pu être en contact avec des personnes infectées par le coronavirus – ou ayant elles-mêmes été contaminées –, plusieurs organismes et agences de la protection de la vie privée réclament des balises claires pour éviter que les informations personnelles des utilisateurs risquent de tomber entre de mauvaises mains.

Fort du pouvoir qui est le sien, Google redessine les frontières — tout dépendant de la région du monde où vous vous trouvez. Un pays prétend qu’un territoire est à lui? C’est peut-être ce que les habitants de ce pays verront sur Google Maps. 

Les sites et applications de rencontre occupent depuis plusieurs années une place importante dans la vie sentimentale des adultes. Et si l’expérience s’est avérée positive pour la plupart des utilisateurs, une enquête du Pew Research Center révèle que pour plusieurs d’entre eux, et plus spécialement les jeunes femmes, les conséquences de ces services sont bien réelles.