Navigation : adam driver

À la une
0

Rembobinage #16: Marriage Story

Quand la relation amoureuse ne fonctionne plus, la séparation peut être difficile, particulièrement si un enfant s’est ajouté en cours de route. Dans son excellent film Marriage Story, le réalisateur Noah Baumbach explore les diverses facettes de la désintégration des liens entre deux êtres.

Cinéma / Télévision
2

The Dead Don’t Die: cinéma d’art et décès

Jim Jarmusch nous a donné plusieurs grands films par le passé (Stranger Than Paradise, Down by Law, Coffee and Cigarettes, etc.), mais malheureusement, ce n’est pas vraiment le cas de The Dead Don’t Die, son plus récent long-métrage disponible cette semaine en 4K, Blu-ray et DVD.

Cinéma / Télévision Trois policiers dans un cadre de porte
0

The Dead Don’t Die: s’envahir d’inutile

Bien connu des cinéphiles, le cinéaste Jim Jarmusch a rarement fait le saut vers un cinéma plus grand public, avec sa vision singulière sur la banalité de la vie et l’inévitabilité de la mort. De le voir tenter de se lancer dans quelque chose de plus accessible permet de comprendre son hésitation, avec ce décevant The Dead Don’t Die, qui le lance dans plus de directions qu’il n’est capable d’en gérer.

À la une
1

Oscar Predictions: How Right Will I Be? Volume 2

The 91st Academy Awards are going live February 24th. This year’s ceremony have gone through a lot, from problems with the host, changes to the categories, and an overall sense of “who cares”. Whatever it may be, it’s the Superbowl of movie awards, and it’s fun to watch if not for the aesthetics of the red carpet, but for the theatrics of it all.

À la une
0

Star Wars Episode VII – The Force Awakens: du bon côté de la Force

Si l’événement cinématographique n’a pas besoin de présentations, ne faisons pas durer le suspense plus longtemps et annonçons immédiatement que J.J. Abrams a encore réussi avec grand brio l’impossible en redonnant vie à un intouchable de façon à satisfaire pratiquement tout le monde, des initiés aux non-initiés, des fans aux nouveaux venus, allant peut-être même à atteindre ceux qui n’en ont absolument rien à faire de toute la folie entourant Star Wars. Pendant presque la totalité de ses deux heures et quelques, disons que le septième épisode de la saga est un feu roulant de feux d’artifice pour l’enfant enfoui en chacun de nous.