Auteur Jim Chartrand

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Cinéma / Télévision
0

Le triste héritage de Mother’s Day

La mort de Garry Marshall cause un deuil différent de ceux que l’on a l’habitude de vivre, puisque son film testamentaire, disponible en Blu-Ray et DVD depuis mardi, pourrait difficilement être la pire façon de se remémorer la place qu’a su occuper le réalisateur à Hollywood.

Cinéma / Télévision
0

Café Society: l’amertume du doux reflet du passé

Rendez-vous annuel des cinéphiles maintenu depuis près de trente années, Woody Allen nous convie une fois de plus dans les salles sombres pour nous offrir cette fois un regard inédit dans les coulisses d’Hollywood des années 1930. Une mécanique un peu rouillée qui ne manque toutefois pas de charmes.

Cinéma / Télévision
0

Trash Fire: l’esprit trouble des gens qu’on aime

Richard Bates Jr est loin d’être le nom de cinéaste le plus connu, même si son passage dans les méandres du cinéma américain indépendant est loin d’être anonyme. Il est pourtant un fidèle habitué du festival Fantasia et c’est avec honneur et émotion qu’il est venu samedi dernier présenter son troisième long-métrage Trash Fire en compagnie de son actrice AnnaLynne McCord.

Cinéma / Télévision
0

Captain Fantastic: le regard des nôtres

Déjà lauréat de plusieurs prix, dont un à Cannes dans le volet Un Certain regard, Captain Fantastic semble déployer tout le charme indie habituel. Le seul problème, c’est que sa superficialité l’emporte rapidement et nous fait découvrir que derrière ses désirs de nous ouvrir l’esprit se cache une absence assez frustrante de profondeur, y allant d’une ironie flagrante qui dérange plutôt qu’elle ne charme.

À la une
0

Star Trek Beyond: découvrir ses propres limites

Farandoles de mauvaises décisions, autant dans l’avancement du récit qu’au niveau de la réalisation, on a alors l’embarras du choix pour décrire ce qui ne fonctionne pas dans ce nouvel opus de la relance de Star Trek pourtant si bien avancée par J.J. Abrams, relégué ici au plan de producteur, trop occupé à se faire sa propre guerre des étoiles.

Cinéma / Télévision
0

De Palma: le génie d’hier prépare celui de demain

Peut-on faire du cinéma sans en être fou d’amour? Sans nécessairement être un grand débat, voilà une question qui restera toujours bien près de tout cycle de création cinématographique. Et ce petit projet aux abords aussi narcissiques qu’éducatifs, a muté en une œuvre anthologique essentielle non seulement pour les adeptes du grand cinéaste qu’est Brian de Palma, mais aussi pour tous ceux qui ont une affection simple ou amplifiée du septième art, que ce soit en tant que créateur ou spectateur.

À la une
0

Le festival Fantasia dans tous ses états

À 20 ans d’existence, le festival de films de genre qu’est Fantasia est devenu plus qu’une référence; en plus d’être fréquemment jouissif et fort attendu par sa horde de fanatiques, il est devenu aussi prestigieux qu’important, ce, aux yeux de tous, et pas seulement des nombreux fous qui y ont cru depuis le tout début.

Cinéma / Télévision
0

Maggie’s Plan: rêver de faire comme les autres

Rebecca Miller continue d’avoir l’œil pour les distributions impressionnantes, mais semble encore incapable de trouver son propre ton, son propre rythme et une histoire qui puisse aller de façon convaincante jusqu’au bout de ses idées. Voilà pourquoi Maggie’s Plan s’essouffle bien avant qu’on ait pu apprécier l’ampleur de ses différents charmes, sommes toutes présents.