Auteur/autrice : Jim Chartrand

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Il ne faut pas s’attendre au nouveau (500) Days of Summer en écoutant Long Weekend, qui s’amuse allègrement avec la romance indie, mais n’en déplaise à un revirement saugrenu et décidément inattendu qui est à prendre ou à laisser, il y a quand même assez de charmes pour se laisser un peu berner.

Lire plus

Il n’y a pas grand-chose qui arrête Tom Hanks et le convenu, mais engageant et souvent très joli News of the World le prouve à nouveau alors que ce Forrest Gump vieillissant parcourt kilomètres et obstacles pour nous attendrir. Pari réussi pour ce long-métrage qui nous a à l’usure, nous laissant avec un sentiment emballant. Pour ceux ayant raté ce nommé à la prochaine cérémonie des Oscars, il arrive finalement en DVD.

Lire plus

Il y a énormément de beauté (et de douleur) dans le suspense dramatique mélancolique qu’est Let Him Go, adapté du roman du même nom de Larry Watson, renommé un peu trop littéralement Laisse-le partir dans sa version française au Québec. Majoritairement relevé par le soin de qualité supérieur à sa production et ses détails techniques, disons que le film pourra en ralentir plus d’un de par son rythme lancinant et certains détails moins convaincants de son récit. N’empêche, voilà un long-métrage qui à défaut de ne pas dévoiler ses belles images en salles sombres, se laissera agréablement regarder dans son salon.

Lire plus

Parfois, il faut s’avoir s’arrêter au bon moment, et c’est ce que Martin Matte avait compris en mettant fin à son immense succès télévisuel qu’est Les beaux malaises. Probablement incapable de rester en suspens face à la pandémie, voilà que le célèbre humoriste a surpris tout le monde en annonçant qu’il effectuerait finalement un retour au petit écran. Basé sur les trois premiers épisodes de dix présentés aux médias, on peut toute de suite admettre que les fans de la première heure risquent difficilement d’être déçus. Repoussant continuellement ses propres balises et enrichissant significativement son univers, la troisième saison de…

Lire plus

À l’instar de plusieurs nouvelles de Philip K. Dick, la légende de Robert The Bruce, figure notable dans l’histoire trop peu connue de l’Écosse, semble être inadaptable au grand écran. De fait, les productions à son sujet se rendent rarement dans les salles sombres et c’est en DVD qu’on peut découvrir la plus récente version qui agit comme une suite involontairement volontaire au beaucoup plus mémorable et marquant Braveheart.

Lire plus

Tous les univers cinématographiques ne méritent décidément pas d’être approfondis et on l’apprend souvent à la dure. C’est le cas de ce Peninsula, qui nous arrive en DVD après un court passage en salles sombres (et en IMAX notamment) dans le contexte pandémique ironiquement approprié, sorte de suite indépendante et dérivée du succès coréen Train to Busan qui ne s’avérait certainement pas aussi réussi qu’on avait semblé nous le vanter. Une chose demeure sûre, à côté de cette affreuse nouvelle proposition, c’était une grande œuvre.

Lire plus

Amoureux des univers riches et touffus, en plus d’être un cinéphile évident, RZA revient à la réalisation pour offrir quelque chose de plus terre à terre, sans délaisser une part de la folie qui l’habite régulièrement. Cut Throat City est à voir chez soi dès mardi.

Lire plus