Les pirates essaient de se redorer le blason en DVD

0

Ce n’est peut-être pas le meilleur des exploits de faire mieux que le pire volet d’une franchise, mais le cinquième opus des Pirates of the Caribbean a au moins ce mérite. Sans pour autant rappeler les meilleurs moments de la série. Dead Men Tell No Tales divertit et offre du beau pour les yeux à plus d’un moment. Ce qui n’est pas si mal pour ceux qui aimeraient le rattraper dans son salon.

La folie de la franchise était finalement celle de Gore Verbinski et son départ a poussé les Pirates of the Caribbean dans une certaine crise identitaire au point où même Johnny Depp n’est plus suffisant pour justifier la pertinence de la saga. Cinq ans après le plus récent volet, on pousse le mari de Penelope Cruz à jouer les méchants, mais Javier Bardem n’est pas aussi inspiré que dans Skyfall. Et disons que près de quinze ans après le succès surprise du premier film, qui était tout de même l’adaptation d’un manège, ne l’oublions jamais, le film arrive difficilement à s’avouer pertinent, n’en déplaise à ses tentatives de développer un discours plus ou moins féministe avec des personnages forts. Avouons néanmoins que la jeune Kaya Scoledario a beaucoup de charisme et opère une jolie chimie avec le talentueux Brenton Thwaites.

Également, si l’on tente de ne pas faire trop d’histoire avec les obsessions incestueuses de Disney, on apprécie grandement la présence du toujours génial Geoffrey Rush.

Pour le reste, on regrette le manque d’ambitions du scénario qui bien qu’il nous titille avec le trident de Poséidon, offre peu de complexité pour véritablement capter notre intelligence, n’en déplaise à quelques trouvailles physiques ou visuelles ici et là, certaines répliques et passages d’une absurdité bien assumée ou même des effets spéciaux à la fine pointe.

Si Disney a réservé tous les suppléments pour le disque Blu-Ray il gâte néanmoins les conservateurs du DVD avec un seul supplément: un huit minutes sur le plateau avec l’acteur Kevin McNally qui interprète Gibbs, pour notre plus grand malheur, puisqu’on aurait certainement préféré y avoir des bloopers ou quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent.

Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales est donc un amusant blockbuster à la sauce Disney qui en a assez pour faire passer un moment sans trop se casser la tête. Il donne cependant également grandement l’impression d’étirer une sauce qu’on avait terminée il y a bien longtemps.

6/10

En rappel, ma critique lors de sa sortie en salles.

Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales est en DVD, combo Blu-Ray / DVD et en combo Blu-Ray 4K / Blu-Ray depuis le mardi 3 octobre dernier.

Partagez

À propos du journaliste

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Répondre