Platforming pure laine pour Sackboy: A Big Adventure

0

Depuis leur apparition au début des années 1980, l’engouement pour les jeux de plates-formes n’a jamais diminué, et même si on ne compte plus les titres du genre sur le marché, Sackboy: A Big Adventure parvient à se démarquer, grâce à une expérience d’une grande qualité qui plaira à toute la famille.

Descendu du ciel sans crier gare, l’affreux Vex a kidnappé tous les habitants du village de Loom dans le but de les obliger à construire un tournebouleur, un engin devant l’aider à prendre le contrôle de Craftworld et à transformer ce lieu où règne l’imagination en véritable cauchemar. Heureusement, Sackboy a réussi à s’échapper in extrémis, emportant avec lui les plans de la machine diabolique. Du sommet des montagnes enneigées aux jungles les plus touffues, en passant par des cités englouties et des colonies spatiales, le petit héros devra parcourir l’Imagi-sphère afin de sauver ses amis, et le monde par la même occasion!

Sackboy: A Big Adventure met de côté la création et le partage de niveaux qui faisaient partie intégrante de la franchise Little Big Planet (duquel il est issu), pour se concentrer uniquement sur son expérience de plates-formes, et sa sympathique vedette tricotée. Tout en conservant le côté coloré et mignon de l’univers, le titre délaisse les visuels en 2.5D dans lesquels s’affichaient les opus précédents en faveur d’un monde entièrement réalisé en 3D, mais il ne faut surtout pas se fier à ses graphiques adorables, puisque le jeu donnera du fil à retordre aux adultes comme aux enfants, en testant leur réflexes.

Image tirée du jeu

À la base, le jeu propose une expérience classique de plates-formes, qui, sans réinventer la formule, est solide et amusante. Sackboy effectue des sauts et des doubles sauts afin de traverser des niveaux remplis d’obstacles et, à l’image d’un célèbre plombier italien, peut bondir sur la tête de ses ennemis pour les neutraliser, ou tout simplement leur asséner des coups de poing. La conception des tableaux par contre est ingénieuse et très inventive : certains sont inondés par une marée qui monte et descend sans cesse. Dans d’autres, l’environnement défile constamment à une certaine vitesse, et on ne peut rester à la traîne sous peine de perdre une vie.

Afin d’éviter la monotonie, Sackboy: A Big Adventure ne cesse d’ajouter des mécaniques à mesure que l’on progresse, incorporant par exemple un boomerang qu’on lance sur ses ennemis, ou un jetpack nous laissant flotter quelques secondes dans les airs. Parfois, on doit s’enduire les pieds dans de la glu orange, ce qui permet de marcher sur les murs. Tirant profit des fonctions gyroscopiques de la manette, on déplace les plaques flottant dans le vide en penchant le contrôleur dans un sens ou dans l’autre. Cette variété constante dans l’action fait en sorte que chaque nouveau niveau apporte de la fraîcheur et de la nouveauté.

Image tirée du jeu

Sackboy: A Big Adventure compte pas moins d’une cinquantaine de niveaux différents, répartis sur cinq régions distinctes. On dispose de quatre vies, et il faut se rendre jusqu’à la fin d’un tableau pour débloquer le suivant. Il y a tellement de zones secrètes et d’objets à collectionner, comme des « collectibelles », des orbes de rêve ou des items pour personnaliser son apparence, qu’il vaut la peine de les revisiter plus d’une fois. On trouve en plus des « défis des Chevaliers maillés », soit des niveaux un peu plus difficiles et chronométrés. Le titre peut accueillir jusqu’à quatre joueurs en mode coopératif, et certains tableaux nécessitent même qu’on soit au moins deux pour les traverser. On a donc beaucoup de contenu pour son argent.

Même sur la PS4, les graphiques de Sackboy: A Big Adventure, composés de bricolages qui semblent faits à la main, sont magnifiques, et ses textures de jute ou de cuir, ses personnages de carton découpé, ou la laine de Sackboy lui-même, offrent des rendus d’un réalisme saisissant. On ne contrôle pas la caméra, mais celle-ci se place toujours dans la position idéale pour nous permettre de voir l’ensemble de l’endroit où l’on se trouve. Ce n’est pas toujours le cas, mais ceux et celles qui se procureront la version PS4 du jeu auront droit à une mise à niveau gratuite vers la version PS5.

Quiconque apprécie les expériences de plates-formes trouvera assurément son compte avec Sackboy: A Big Adventure, un jeu qui rivalise en termes de qualité et de plaisir avec les productions de Nintendo, dont les expériences familiales sont la spécialité.

8.5/10

Sackboy: A Big Adventure

Développeur : Sumo Digital

Éditeur : Sony Interactive Entertainment

Plateformes : PS4 et PS5 (testé sur PS4)

Jeu disponible en français (textes à l’écran et voix parlées)

Abonnez-vous à l’infolettre!

Encouragez Pieuvre.ca


Autres contenus:

Curse of the Dead Gods: la mort n’est pas la fin

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre