Katamari Damacy Reroll: le jeu où il ne faut pas perdre la boule

0

Paru originalement sur la Playstation 2, Katamari Damacy est rapidement devenu un titre culte, en raison d’un concept aussi original qu’amusant, et le jeu a maintenant droit à une deuxième vie, grâce à sa version remasterisée, baptisée Reroll.

Que ce soit dans les films, les séries télé ou les jeux vidéo, la culture japonaise peut parfois sembler un peu étrange aux Occidentaux que nous sommes, et la franchise Katamari Damacy constitue un excellent exemple de ce décalage culturel. Ce titre ne ressemblant à rien d’autre propose en partant une prémisse plutôt déjantée. Dans un accès de folie, le « Roi de tout le cosmos » a cassé les millions d’étoiles brillant dans le ciel, qui devient alors complètement noir. Se sentant coupable de son geste et souhaitant réparer son erreur, il envoie son fils sur la planète Terre, afin que ce dernier amasse le plus d’objets possible, qui seront ensuite renvoyés dans les cieux pour être transformés en astres et en constellations.

Reroll est une version remasterisée de Katamari Damacy, un titre paru originalement en 2004, et qui a eu droit à pas moins de cinq suites au fil des années. Le but du jeu, comme ses mécaniques, sont d’une simplicité désarmante. Le jeune prince que l’on incarne pousse une boule, sur laquelle les objets adhèrent. On commence par de petits trucs, comme des dés, des punaises, des allumettes, des caramels, des boutons, des biscuits, des paquets de gomme ou des ampoules. Notre élan est brisé quand on se cogne contre un article trop gros pour être assimilé, et certains items se détachent alors sous l’impact. Une alarme se fait d’ailleurs entendre quand on est sur le point d’entrer en collision avec un animal ou un humain.

Image tirée du jeu

À mesure que notre boule augmente de dimension, on arrive à saisir des objets de plus en plus massifs: souliers, boîte à outils, pelles, téléviseurs, tricycles, clôtures, lampadaires, voitures, et même, éventuellement, des édifices. On peut aussi capturer des chiens, des oiseaux et des humains, mais il faut d’abord les assommer en leur roulant dessus avant de pouvoir les assimiler. Dépendamment des items que l’on ramasse, comme une flûte, un bâton de baseball, une lime ou une règle, notre boule perd de sa rondeur et roule moins bien. À l’occasion, il faut récolter un type d’objet particulier pour recréer des constellations spécifiques, comme des crabes pour la constellation du cancer, ou des œufs de cygnes pour celle du cygne.

Notre boule doit atteindre une certaine taille (10 centimètres, 50 centimètres, 3 mètres, etc.) pour compléter un niveau, et pour corser le tout, on dispose seulement d’une temps limité pour accomplir l’objectif. La grosseur exacte du Katamari est affichée en centimètres dans le coin supérieur gauche de l’écran, et à la fin de chaque mission, un tableau indique le nombre exact d’objets pris dans sa boule, ainsi que sa composition, soit quel pourcentage de légumes, de papeterie, ou d’êtres vivants la compose. Les items agglutinés demeurent visibles en tout temps : les papillons ou les oiseaux continuent de battre leurs ailes, et les humains se débattent désespérément pour se libérer.

Image tirée du jeu

Les contrôles sont intuitifs, et se prennent facilement en main. Tout repose principalement sur les deux bâtons analogiques de la manette, qui servent à pousser et à orienter notre Katamari. Le gros problème du jeu original, soit la caméra, qui ne se place pas toujours dans le bon angle pour permettre de voir où l’on s’en va et qui est parfois obstruée par un mur ou un autre obstacle, n’a malheureusement pas été corrigé dans cette nouvelle mouture, mais c’est bien là le seul défaut de l’expérience. Tout en étant très stylisés, avec des textures simples, les graphiques ont clairement été bonifiés, et le titre roule de manière très fluide, même avec des centaines d’objets pris dans notre boule.

Dans un monde où bien des jeux vidéo proposent des expériences similaires, Katamari Damacy Reroll est une véritable bouffée de fraîcheur, dont l’expérience, aussi amusante aujourd’hui qu’au moment de son lancement il y a plus de quinze ans, divertira autant les petits que les grands.

7/10

Katamari Damacy Reroll

Développeur/éditeur : Namco Bandai

Plateformes : Playstation 4, Nintendo Switch, Windows et Xbox One (testé sur Xbox One)

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Dans la toile de Spider-Man: Miles Morales

Partagez

À propos du journaliste

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre