Une fin du monde toute japonaise pour 13 Sentinels: Aegis Rim

0

S’agit-il d’une histoire interactive de voyage dans le temps? D’un jeu d’aventure à l’esthétique manga? D’une expérience de stratégie en temps réel opposant des kaijus et des robots géants? 13 Sentinels: Aegis Rim est tout ça à la fois, et plus encore…

Il est parfois assez difficile de résumer le scénario d’un jeu et d’expliquer ses mécaniques, et c’est assurément le cas de 13 Sentinels: Aegis Rim. Présenté à travers pas moins de treize personnages différents, dont Natsuno Minami, une étudiante à la Sakura High School fascinée par les extraterrestres, Takatoshi Hijiyama, un soldat de la Deuxième Guerre mondiale transporté dans le futur, Ei Sekigahara, un amnésique poursuivi par une mystérieuse organisation, Nenji Ogata, un délinquant dont le père travaille pour Shikishima Industries, ou Juro Kurabe, un otaku en proie à des rêves prémonitoires, ce titre pas comme les autres propose une histoire particulièrement complexe et alambiquée, comme seuls les Japonais en ont le secret.

Pour compliquer encore un peu plus les choses, le récit de 13 Sentinels: Aegis Rim est raconté de façon non linéaire, et grâce à la magie du voyage dans le temps, l’action se déplace sans cesse entre 1945, 1985, 2025, 2065 et 2105. Le scénario inclut aussi des chats parlants, les fameux hommes en noir, des dimensions parallèles, une fin du monde provoquée par une invasion de kaijus gigantesques, des mechs géants de 2000 tonnes appelés Sentinelles et conduits par des adolescents nus comme des vers dans le cockpit, et une tonne de clins d’œil à la culture populaire, de Star Wars à War of the Worlds. Bien que complètement éclatée, cette narration très inventive finit par happer complètement le joueur au sein de son monde unique.

Image tirée du jeu

13 Sentinels: Aegis Rim incorpore des styles de jeux bien différents dans une même expérience. Évoquant les vieilles productions de Sierra, le mode « Remembrance » se consacre à l’histoire en tant que telle. On y incarne à tour de rôle l’un des treize protagonistes, dans des petits tableaux dépassant souvent à peine l’écran. L’action s’axe principalement autour de dialogues, et les personnes rencontrées ou les événements discutés apparaissent dans le « nuage des pensées ». Les noms des personnages et les concepts abordés peuvent ensuite être associés, permettant de comprendre un peu mieux le mystère entourant cette fin du monde. Le récit offre plusieurs embranchements, et se modifie en fonction des actions que l’on prend.

Sous l’appellation « Destruction », l’autre facette de 13 Sentinels: Aegis Rim se présente sous la forme d’un jeu de stratégie en temps réel, où l’on doit combattre les kaijus attaquant la ville et protéger le système de défense, nommé Aegis, jusqu’à ce qu’il soit activé. On contrôle jusqu’à six Sentinelles simultanément sur le terrain. On clique sur celui de notre choix pour accéder aux commandes (déplacement, réparation, attaque), et l’on passe de l’un à l’autre avec les flèches du pavé numérique. Muni de missiles, de lasers ou d’épées géantes, chaque mech possède des habiletés distinctes. Certains peuvent effectuer des sauts sur une longue distance, tandis que d’autres sont équipés pour le combat rapproché.

Image tirée du jeu

Les séquences narratives de 13 Sentinels: Aegis Rim s’affichent en 2D. En plus de personnages aux yeux démesurés et d’une esthétique résolument manga, chaque tableau semble dessiné à la main, avec des décors peints à l’aquarelle, ce qui donne l’impression de s’adonner à un animé interactif des studios Ghibli plutôt qu’à un jeu vidéo. Les combats quant à eux sont présentés dans une vue isométrique au-dessus de l’action, et ses modèles pseudo-3D évoquent carrément les jeux d’arcade des années 1980. Récemment, les développeurs ont ajouté un doublage de langue anglaise, mais pour un dépaysement assuré, il est recommandé de jouer le titre dans sa version originale, en japonais avec des sous-titres anglais.

Sans aller aussi loin que ceux et celles qui parlent du meilleur jeu vidéo de l’année, force est d’avouer que 13 Sentinels: Aegis Rim ne ressemble à rien d’autre sur le marché, et si vous appréciez les narrations non conventionnelles et les expériences sortant des sentiers battus, ce titre, à la fois unique et étrange, saura vous plaire.

7.5/10

13 Sentinels: Aegis Rim

Développeur : Vanillaware

Éditeur : Atlus

Plateformes : Exclusivité PS4


Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Un hiver nucléaire pour Wasteland 3

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre