Jouer les héros, avec Marvel’s Avengers

0

Si les célèbres superhéros de Marvel ont eu droit à quelques jeux vidéo plus ou moins réussis par le passé, Marvel’s Avengers est assurément la meilleure utilisation de la franchise à ce jour, et l’un des incontournables de la rentrée.

Bien que la bêta du mois d’août ne le laissait pas présager, la campagne de Marvel’s Avengers est vraiment excellente. L’histoire met l’emphase sur Kamala Khan, une jeune fille qui, dans le cadre d’un concours de fanfiction, se rend à l’inauguration des quartiers généraux des justiciers sur la côte ouest. Malheureusement, durant les festivités, un mystérieux groupe armé passe à l’assaut, et les cristaux terrigènes alimentant le Chimère, le nouvel héliporteur de SHIELD, explosent, causant une brume toxique qui tue des centaines d’individus et accorde des pouvoirs surhumains à d’autres. Suite à ce funeste incident, Captain America est considéré mort, les Avengers se séparent, et les superhéros sont déclarés hors-la-loi.

Marvel’s Avengers nous transporte ensuite cinq ans plus tard, alors que la compagnie AIM cherche à se substituer aux superhéros d’antan avec leurs androïdes. Ayant respiré la brume terrigène, Kamala Khan est désormais une polymorphe, et après avoir mis la main sur une vidéo qui jette un éclairage très différent sur la journée fatidique où elle a acquis ses pouvoirs, la jeune femme se rend en Utah dans l’espoir de localiser la base où se terre la résistance, et de contacter les membres déchus des Avengers. En partant, c’était une excellente idée de se concentrer sur Khan, alias Ms. Marvel, puisque l’enthousiasme de cette jeune groupie, qui cherche à réunir ses idoles, est très communicatif, et insuffle beaucoup de plaisir à l’expérience.

Image tirée du jeu

La campagne de Marvel’s Avengers dure une bonne vingtaine d’heures, et on n’a jamais le temps de s’y ennuyer puisque, dès qu’on s’habitue à un superhéros, le jeu nous en fait incarner un nouveau. On passe beaucoup de temps dans la peau de Ms. Marvel, dont les membres extensibles rappellent Reed Richards des Fantastic Four, et dont les poings grossissent démesurément afin de mieux frapper ses ennemis, mais on a aussi accès à Hulk, Iron Man, Black Widow, Thor et Captain America. La majorité des missions s’effectue en solo, mais certaines se jouent en coop avec trois autres personnes, qui peuvent aussi être assumées par l’intelligence artificielle. Des séries de missions spécifiques à chaque personnage sont également disponibles.

Le combat est au cœur de Marvel’s Avengers et propose une grande variété, étant donné que chaque personnage adopte une approche bien différente. Hulk utilise la force brute et saisit un ennemi afin de s’en servir pour frapper les autres. Iron Man vole et lance des projectiles d’énergie à l’aide de ses répulseurs. Dénuée de pouvoirs, Black Widow manie les armes à feu et dispose d’un arsenal de gadgets, dont des grenades qui rendent ses coéquipiers invisibles. Thor contrôle la foudre et assène des coups de Mjolnir, son mythique marteau. En plus de ses talents au corps-à-corps, Captain America envoie son bouclier au loin. Une salle de réalité virtuelle HARM permet d’ailleurs de se familiariser avec les attaques uniques de chacun.

Image tirée du jeu

Grâce à des mécaniques habituellement associées aux jeux d’action-RPG, Marvel’s Avengers s’avère très addictif. Chacun des six superhéros évolue séparément, et rejouer un tableau avec un autre personnage crée une expérience complètement différente. En montant de niveau, on obtient des points de compétences, utilisés pour débloquer de nouvelles habiletés. On récolte aussi de nombreuses pièces d’équipement au fur de l’aventure (bracelets, veste, insigne, artéfacts, etc.), qui sont classés par rareté en fonction de leur couleur, et qui contribuent à notre niveau de puissance globale. Grâce aux nombreuses ressources que l’on récolte sans cesse dans le jeu, chaque item peut en plus être amélioré.

En dehors de la campagne, on compte un mode « Initiative Avengers », offrant diverses activités pouvant accueillir jusqu’à quatre personnes en ligne. Comme dans un MMO, ces missions sont dotées de scénarios plus sommaires, et sont largement axées sur le « grinding ». On les effectue avant tout pour faire évoluer nos personnages, et acquérir des meilleures pièces d’équipement. En plus de défis quotidiens et hebdomadaires, certaines quêtes sont décernées par des factions, dont SHIELD ou les Inhumains. Marvel’s Avengers compte son lot d’items à collectionner, comme des dizaines de costumes alternatifs, des documents étayant un peu plus l’histoire du jeu, et des comics classiques d’Iron Man, de Hulk ou des Avengers, qui accordent divers bonis de régénération, de résistance ou de dégâts.

Image tirée du jeu

Certains seront déçus que les modèles 3D ne ressemblent pas aux acteurs interprétant les superhéros au cinéma et que ces derniers n’assûment pas le doublage, mais puisqu’il aurait été assez dispendieux d’acquérir les droits pour reproduire les visages et les voix de Scarlett Johannsen, Mark Ruffalo, Robert Downey Jr., Chris Evans ou Chris Emsworth, les développeurs ont plutôt choisi de mettre cet argent dans le jeu en tant que tel, une excellente décision quand on constate la beauté des graphiques, dignes d’un titre triple A, et le fait que, malgré une orgie de combattants à l’écran et d’effets volumétriques, comme des éclairs ou des boules d’énergie virevoltant de part et d’autre, le titre n’éprouve pratiquement pas de ralentissement, sauf peut-être dans le mode multijoueurs.

Se glisser dans la peau de non pas un, mais de six superhéros procure un immense plaisir, et ce jeu d’une grande qualité constitue un pur festin pour les fans des Avengers et des comics de Marvel, d’autant plus qu’une douzaine de personnages, dont Hawkeye, Black Panther ou Spider-Man, seront ajoutés à l’expérience dans les prochains mois.

8.5/10

Marvel’s Avengers

Développeur : Crystal Dynamics

Éditeur : Square Enix

Plateformes : PS4, Stadia, Windows, Xbox One (testé sur PS4)

Jeu disponible en français (textes à l’écran seulement)


Autres contenus:

Une deuxième vie pour Destroy All Humans!

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre