L’aventure (quasi) illimitée de Next Up Hero

1

Proposant une dizaine de héros différents, une quantité phénoménale de donjons, et la possibilité pour les personnes sur toutes les plateformes de jouer ensemble, Next Up Hero en donne définitivement beaucoup pour son argent.

En combinant efficacement dans un même jeu trois mécaniques très populaires, Next Up Hero livre une expérience des plus addictive. À la base, le titre s’inscrit dans la lignée des dungeon crawlers, où l’on explore différents donjons tout en affrontant les ennemis qui s’y terrent et en récoltant du butin. On dénote également une touche de rogue-like, puisque le joueur n’a qu’une seule vie pour se rendre le plus loin possible. Finalement, comme dans tout bon twin-stick shooter, on utilise un bâton analogique de la manette pour déplacer son personnage, et l’autre pour viser.

Next Up Hero met onze guerriers à notre disposition, tous plus craquants les uns que les autres. Chacun possède des habiletés distinctes et évolue séparément en fonction de l’expérience accumulée, ce qui donne une bonne raison de les essayer tous. On compte deux catégories, soit les héros qui privilégient les armes de tir, et ceux qui sont davantage doués pour le corps-à-corps. Le système de combat est simple, avec une gâchette pour l’attaque principale et l’autre pour les attaques spéciales, mais ça n’empêche pas l’action de devenir rapidement frénétique.

Image tirée du jeu

Là où Next Up Hero fait preuve d’originalité, c’est par la présence d’Échos, le nom donné aux héros morts au combat. Non seulement peut-on apercevoir les fantômes des autres joueurs ayant trépassé dans le donjon qu’on traverse, on peut également les réanimer afin qu’ils nous prêtent main forte durant les batailles. Il arrive même qu’on tombe sur son propre spectre! En plus de combattre à nos côtés, les Échos servent également de monnaie d’échange pour invoquer les Anciens, des Dieux nous prêtant leurs pouvoirs lors d’affrontements plus ardus.

Pour éviter le sentiment de répétition parfois associé aux dungeon crawlers, Next Up Hero propose une bonne variété d’environnements et d’ennemis, mais injecte surtout toute une série de variables qui modifient l’expérience en profondeur : on doit éviter la chute constante de météores dans certains donjons; dans d’autres, les pièces d’or causent des dommages si on a le malheur de les ramasser. Parfois, il faut éliminer un ennemi en particulier pour déverrouiller la sortie du niveau, ou affronter une version « obscure » de soi-même. Certains tableaux sont des courses contre la montre, où chaque ennemi tué accorde du temps supplémentaire.

Image tirée du jeu

Un donjon dans Next Up Hero peut contenir entre une dizaine, et… cinq cent niveaux! Bien que l’on dispose d’une seule vie, il y a tout de même une forme de progression dans le jeu, puisqu’on peut continuer un donjon à partir du dernier tableau complété avant sa mort. Alors que certains donjons se traversent uniquement en solitaire, plusieurs permettent le jeu coopératif en ligne, et pour s’assurer qu’on ne manque jamais de partenaires, le titre propose la compatibilité entre les joueurs de toutes les plateformes, une pratique que tous les développeurs devraient adopter.

Présenté dans la classique vue isométrique au-dessus de l’action, Next Up Hero rend peut-être hommage aux titres de l’époque du 8-bit, mais ses visuels ne sont pas du tout pixellisés, au contraire, puisque chaque personnage (comme les animations ou les décors) ont été finement tracés à la main, ce qui donne une très belle facture de dessin animé à l’ensemble. Il ne faut surtout pas se fier au côté mignon des graphiques, puisque le jeu fournit son lot de boss qui sont tout sauf adorables, et au final, il fournira un bon défi aux joueurs de tout âge.

Image tirée du jeu

Next Up Hero possède une durée de vie impressionnante. Au moment d’écrire ces lignes, il y avait 158 donjons dans les aventures faciles, 215 dans les normales, sans compter les quelques centaines d’aventures classées difficiles et démentielles. Comme si ce n’était pas assez, un « fabricateur de donjons » permet de créer ses propres tableaux et de les partager. On peut évidemment télécharger les créations des autres. En mettant ainsi à profit la créativité des joueurs, le titre s’assure d’avoir une dose continuelle de contenu frais.

Les seuls points négatifs de Next Up Hero se situent du côté de sa trame narrative, plutôt ésotérique, et de son histoire de monstres et de cités musicales racontée à travers les bulles de dialogue de deux personnages non jouables. La traduction française laisse parfois à désirer, et le jeu propose une « venture » plutôt qu’une aventure. Des pans entiers de texte n’ont même pas été traduits, et quand on meurt par exemple, l’écran affiche « Hero Down ». Pour le reste, l’expérience tourne rondement, en solo comme en ligne.

En reprenant à son compte trois mécaniques qu’il n’a peut-être pas inventées, mais qu’il a certainement très bien intégrées ensemble, Next Up Hero parvient à créer une expérience originale et charmante, qui vous tiendra occupé durant de très longues heures.

8/10

Next Up Hero

Développeur : Digital Continue

Éditeur : Aspyr

Plateformes : Linux, Windows, OS X, Switch, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)

Jeu disponible en français (textes à l’écran seulement)


En complément:

Earthfall : entre hommage et plagiat

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test Next Up Hero - Patrick Robert

Répondre