Earthfall : entre hommage et plagiat

1

Certains le qualifient de successeur spirituel à Left 4 Dead, d’autres de plagiat, mais chose certaine, les joueurs qui s’ennuient de la fameuse franchise de Valve devraient trouver leur compte avec Earthfall, un jeu coopératif qui remplace les zombies par des extraterrestres…

J’ai beaucoup apprécié les deux Left 4 Dead. Malheureusement, le dernier titre de la franchise remonte à 2009, et même s’il est présentement rétrocompatible sur la Xbox One, ce n’est pas la exactement la même chose que d’avoir un nouveau chapitre roulant sur les consoles de cette génération. Si comme moi, vous vous ennuyez de l’intense expérience coopérative qu’il offrait, vous pouvez vous rabattre sur Earthfall, un titre qui, tout en constituant un véritable copier/coller du jeu de Valve, fournit tout de même une dose respectable de plaisir, surtout en groupe.

Présenté dans une vue subjective, Earthfall est un jeu de tir coopératif pouvant accueillir jusqu’à quatre personnes. En solo, l’intelligence artificielle prend en charge les trois autres membres de son équipe, et même si elle se débrouille assez bien, c’est vraiment en ligne, avec trois autres joueurs en chair et en os, que l’expérience  prend tout son sens. On incarne l’un des quatre survivants disponibles, mais puisqu’il n’y a ni classes ou habiletés distinctes et que tous les personnages peuvent manier les mêmes armes, le choix n’est principalement qu’esthétique.

Image tirée du jeu

À la base, Earthfall est conçu pour favoriser la coopération. Non seulement peut-on réanimer ses coéquipiers dans le feu de l’action, mais les loups solitaires qui n’en font qu’à leur tête et s’éloignent du groupe risquent d’avoir une mauvaise surprise, puisque certains ennemis immobilisent totalement leur victime, nécessitant l’aide d’un autre joueur pour s’en libérer. Il est donc préférable de travailler en équipe si on souhaite survivre. Le jeu incorpore aussi le principe des tirs amis, et on doit faire constamment attention pour ne pas blesser inopinément ses partenaires.

Au lieu d’affronter des zombies comme dans Left 4 Dead, on doit plutôt faire face à des tonnes d’extraterrestres dans Earthfall. D’où viennent ces créatures belliqueuses? Comment est survenue l’invasion? Le récit se dévoile uniquement par le biais d’objets cachés à travers les tableaux, qui racontent une partie de l’histoire lorsqu’on les active. S’inspirant du classique mode « horde » qu’on retrouve dans plusieurs jeux, certaines portions demandent qu’on utilise des barrières et des tourelles afin de se barricader dans un endroit et affronter des vagues d’ennemis.

Image tirée du jeu

Earthfall ne contient que dix missions. Bien que chacune soit substantielle et compte plusieurs objectifs, elles présentent assez peu de valeur de rejouabilité dans l’ensemble. Oui, il y a quatre niveaux de difficulté différents afin d’augmenter le défi, mais comme on ne retrouve ni évolution de personnage ni système d’amélioration des armes, les motivations pour rejouer un tableau sont plutôt minces. Pire, alors que Left 4 Dead incluait un élément aléatoire dans ses niveaux pour qu’ils soient chaque fois différents, ici, la programmation est linéaire, et les ennemis réapparaissent toujours au même endroit.

Bien qu’il manque un peu de finition (et surtout, d’originalité), Earthfall procure quand même du plaisir, surtout lorsqu’on y joue avec des amis, et sans améliorer la formule, le jeu devrait vous aider à ronger votre frein en attendant l’éventuelle sortie d’un Left 4 Dead 3

6.5/10

Earthfall

Développeur/Éditeur : Holospark

Plateformes : Windows, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)


En complément:

Mothergunship: pew pew, motherf***er!

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test Earthfall - Patrick Robert

Répondre