Snowfall: de la neige pour Cities Skylines

2

Juste à temps pour la saison hivernale, Snowfall, le premier contenu téléchargeable pour le jeu Cities: Skylines, apporte de la neige et des conditions climatiques dignes du Québec à son simulateur d’urbanisme.

J’ai beaucoup apprécié Cities: Skylines, le successeur spirituel de Sim City, et son port très réussi sur les consoles de salon. Je n’avais trouvé que deux défauts majeurs au jeu à l’époque (lire la critique complète ici), soit son affichage, qui rognait certaines parties de l’écran, dont la barre de menu, et son absence totale d’expansions, qui abondaient pourtant sur sa contrepartie PC.

Quelques semaines à peine après la sortie de l’édition Xbox One de Cities: Skylines en mai dernier, une mise-à-jour est venue régler le pire des deux problèmes, sous la forme d’une option pour configurer les limites d’affichage de l’écran. Le manque d’expansions est également en voie d’être comblé, avec la parution ces jours-ci d’une premier DLC, intitulé Snowfall.

Snowfall apporte une toute nouvelle dimension au simulateur d’urbanisme, et les villes virtuelles doivent composer avec une difficulté supplémentaire, soit le climat. En effet, au-delà du froid et des flocons, cette première expansion ajoute plusieurs phénomènes météo à l’expérience, comme la pluie ou la brume, et la bande de menu au bas de l’écran inclut maintenant un thermomètre.

Image tirée du jeu

L’arrivée de la température dans le jeu n’est pas que cosmétique, et de nouvelles fonctions, comme de nouvelles bâtisses, font leur apparition. En plus d’avoir accès à des lignes de tramways par exemple, il faut maintenant déblayer les rues, construire des décharges à neige, et installer des canalisations chauffantes pour que l’eau ne gèle dans les tuyaux, ce qui rend les cités virtuelles beaucoup plus énergivores.

En plus d’ajouter une dimension météorologique à l’ensemble de Cities: Skylines, Snowfall inclut aussi trois nouvelles cartes au climat nordique sur lesquelles on peut fonder des villes. Se détaillant autour de treize dollars, le DLC n’est pas donné, et il vaut certainement la peine de se procurer la passe de saison, qui donne accès à un total de sept expansions sur console pour la somme de quarante dollars.

En apportant une dimension (et un niveau de défi) supplémentaire à Cities: Skylines, l’expansion Snowfall constitue le prétexte parfait pour replonger dans cet excellent simulateur d’urbanisme, que plusieurs ont sûrement délaissé depuis sa sortie…

8/10

Cities: Skylines – Snowfall

Développeur : Tantalus Media

Éditeur : Paradox Interactive

Plateformes : Windows, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)

Disponible en français


En complément:

Black Mirror: Les reflets du passé

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Test Cities: Skylines – Snowfall [Xbox One] - Patrick Robert

  2. Pingback: Rétroctopode - Sim City 2000, là où tout a commencé - pieuvre.ca

Répondre