Greta, un thriller au féminin

2

Parmi les nouveautés disponibles sur les tablettes cette semaine, on trouve Greta, un thriller psychologique de Neil Jordan mettant en vedette un bien improbable duo, composé d’Isabelle Huppert et de Chloë Grace Moretz.

Frances McCullen habite Manhattan, où elle partage un appartement avec son amie Erica. Un jour, après avoir trouvé un sac à main dans le métro, elle décide, en bonne samaritaine, de le rapporter à sa propriétaire, une certaine Greta Hideg. Dès leur premier contact, une amitié se forme entre la jeune femme réservée, dont la mère est récemment décédée, et la professeure de piano, qui souffre de solitude depuis que sa fille est partie étudier au Conservatoire de Paris. Après quelques rencontres, Frances a l’impression tenace que quelque chose cloche, et elle tente de prendre ses distances poliment, mais acceptant mal le rejet, Greta se met à harceler sa nouvelle amie, l’inondant de messages téléphoniques et la pourchassant jusqu’au restaurant où elle travaille. Alors que même la police ne prend pas ces menaces au sérieux, Frances réussira-t-elle à se débarrasser de cette psychopathe, qui ne la laisse plus en paix?

La pochette du boîtier

La bonne idée de Greta est de présenter une intrigue où tous les personnages principaux sont féminins, ce qui donne une texture certainement différente à son histoire de harcèlement, mais force est d’avouer que ce « thriller féministe » aurait pu être infiniment meilleur s’il n’était pas doté d’un sens de la progression aussi boiteux. Non seulement le film ne laisse pas assez de temps en introduction pour qu’on se lie à la jeune Frances, mais les moments entre elle et Greta sont trop peu nombreux pour qu’une amitié crédible puisse se développer, et la situation dégénère beaucoup trop rapidement, au point où on a l’impression que plusieurs scènes ont été retirées du montage, nuisant ainsi au rythme général. S’il débute lentement, à la manière d’un drame psychologique sur le thème de la solitude, le long-métrage finit au moins par prendre une tournure plus intense, à la Misery.

Image tirée du film

De facture classique, la réalisation de Neil Jordan (à qui l’on doit The Crying Game et Breakfast on Pluto) sert le jeu des acteurs avec des cadrages recherchés, mais Greta se déroule principalement en intérieur, avec seulement quelques paysages urbains de New York pour aérer le tout. Il aura fallu attendre une production américaine pour qu’Isabelle Huppert se voie offrir un personnage de bourgeoise psychopathe, et rarement a-t’on vu la comédienne aussi sinistre et dérangée que dans la peau de Greta Hideg. En comparaison, Chloë Grace Moretz (Frances McCullen) livre une performance correcte, mais un peu fade. Jouant le père de Frances, Colm Feore est d’une justesse irréprochable, comme toujours, et dans un minuscule rôle de détective privé, Stephen Rea complète la distribution de ce thriller.

L’édition haute-définition de Greta contient le film sur un disque au format Blu-ray, et s’accompagne d’un code pour télécharger une copie numérique. Neuf scènes retirées du montage final, ainsi qu’une revuette de trois minutes intitulée Greta: Ennemies and Friends, où le réalisateur Neil Jordan et les actrices Isabelle Huppert, Chloë Grace Moretz et Maika Monroe évoquent la genèse du projet et leur collaboration sur le tournage, constitue l’essentiel du matériel supplémentaire sur l’édition.

Bien qu’il tente de se démarquer des autres thrillers en présentant une intrigue exclusivement axée sur des femmes, le Greta de Neil Jordan est un film ordinaire, sauvé en grande partie par la performance mémorable d’Isabelle Huppert.

6/10

Greta

Réalisation : Neil Jordan

Scénario : Ray Wright et Neil Jordan

Avec : Isabelle Huppert, Chloë Grace Mortez, Maika Monroe, Jane Perry, Jeff Hiller, Colm Feore et Stephen Rea

Durée : 99 minutes

Format : Blu-ray (incluant une copie numérique)

Langue : Anglais et français


Autres contenus:

Drunk Parents, le film qui donne la gueule de bois

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique Greta - Patrick Robert

  2. Pingback: Black Mirror, saison 5: dystopie aux tons de beige - pieuvre.ca

Répondre