Navigation : réfugiés

Célébrant la diversité culturelle à travers une série de courts récits, la bande dessinée Immigréalité de Nick Micho vise à sensibiliser les lecteurs d’ici sur les différents défis que rencontrent les personnes immigrant au Québec.

On a peut-être tendance à l’oublier, près d’une dizaine d’années après son éclatement, et alors que la planète est submergée par la pandémie de COVID-19, mais la Syrie est toujours à feu et à sang, à la suite des manifestations d’abord pacifiques découlant du Printemps arabe. Avec le poignant documentaire Loin de Bachar, le réalisateur Pascal Sanchez permet d’explorer le quotidien d’une famille ayant trouvé refuge au Canada, mais dont le coeur est toujours en Syrie.

Empruntant autant à Mad Max qu’à Elysium, Le Mur, une bande dessinée post-apocalyptique d’Antoine Charreyron et Mario Alberti, compte définitivement parmi les nouvelles séries de science-fiction les plus emballantes de l’année.

Le temps presse pour venir en aide à 168 millions de personnes touchées non seulement pas les changements climatiques, mais aussi par les nombreux conflits qui déchirent la planète, soutient l’Organisation des Nations unies.

Confrontée à une vague d’immigration régulière – et surtout irrégulière – depuis plusieurs années, un phénomène qui a pris de l’ampleur avec l’éclatement de la guerre civile en Syrie, l’Europe compterait aujourd’hui entre 4 et 5 millions d’immigrants y vivant sans papiers. L’équivalent de la population d’un petit pays du Vieux Continent, mais aussi une goutte d’eau dans l’océan démographique européen.

Pour venir en aide aux millions de Vénézuéliens jetés sur les routes dans la foule de la crise politique, économique et sociale faisant rage depuis plusieurs années dans ce pays d’Amérique du Sud, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont annoncé une enveloppe d’urgence de 1,35 milliard de dollars, mercredi.

Les changements climatiques ont peut-être d’ores et déjà engendré leurs premiers « réfugiés climatiques » en Amérique centrale. Et c’est une étude interne du gouvernement Trump qui est arrivée à cette conclusion, mais qui n’a pas été publiée.

Quatre mille ans. Quatre mille ans de guerres, d’horreur, de massacres. Quatre mille ans d’exils, de quêtes identitaires souvent vouées à l’échec. Au théâtre de Quat’sous, Olivier Kemeid remonte L’Énéide, pièce portant sur l’éternelle quête des réfugiés, jetés sur les routes du monde par ce qui est trop souvent attribuable à la bêtise humaine.