Navigation : origin

Jeux vidéo
0

Star Wars Battlefront 2: le très bon jeu imparfait

Il faut bien s’appeler EA – et DICE – pour réussir un tel coup: proposer à la fois un jeu enlevant, bourré d’action, et qui se déroule dans l’un des univers culturels les plus appréciés de tous les temps, tout en offrant un mode solo mal ficelé, trop vite terminé, et qui comporte son lot de bogues. Bienvenue dans Battlefront 2.

Jeux vidéo
0

Battlefield V, la merveilleuse horreur de la guerre

L’attrait de la Deuxième Guerre mondiale est indéniable. Cela étant dit, cela s’explique-t-il par le fait qu’il s’agit de la dernière grande confrontation entre les « bons », soit les Alliés relativement démocratiques, et les « mauvais », les puissances de l’Axe? Ou est-ce plutôt parce que l’éloignement du conflit en gomme les nuances idéologiques, sociales, économiques et politiques? Quoi qu’il en soit, en misant de nouveau sur la guerre de 1939-1945, Electronic Arts et DICE ont remporté leur pari avec Battlefield V.

Jeux vidéo
0

Command and Conquer: Remastered et le plaisir de la nostalgie

Oui. Tout simplement oui. Un quart de siècle après la sortie originale du tout premier Command and Conquer, EA et Petroglyph dévoilent la version remasterisée de la plus qu’iconique série de titres de stratégie en temps réel. Un pur plaisir, une collection parfaite… si ce n’est du fait qu’elle fait ressortir les défauts présents à l’époque.

À la une
0

Jeux vidéo: longues heures et manque de diversité au menu

L’industrie du jeu vidéo traîne encore de la patte en matière de semaines de travail dépassant les 40 heures recommandées, tout comme en ce qui concerne les questions de diversité et d’inclusion, même si la situation s’améliore légèrement, révèle un grand portrait publié par la Game Developers Conference (GDC).

Technologie
0

Bandcamp et GOG lancent une campagne contre les verrous numériques

Sus aux verrous numériques! La plateforme de distribution de jeux vidéo GOG s’unit à la boutique de musique en ligne Bandcamp et à d’autres acteurs de l’industrie culturelle pour lancer une offensive conjointe contre les DRM – digital rights management -, plaidant plutôt en faveur d’un monde libéré des verrous numériques apposés sur les produits culturels.