Navigation : monstre

L’heure est aux explosions, aux villes détruites et aux gros monstres qui se battent avec leurs poings, leurs crocs, leur souffle radioactif et… leur hache magique? Pour le plus grand plaisir de l’enfant en nous, Godzilla vs Kong est à l’affiche depuis quelques jours.

Des anguilles. Beaucoup d’anguilles. De l’ADN d’au moins 3000 espèces, y compris des espèces qui n’y vivent même pas, comme des humains, des chiens et des cerfs. Mais les chercheurs néo-zélandais qui cataloguent les espèces vivant dans ou autour du Loch Ness, à partir d’échantillons d’ADN récoltés dans l’eau, n’ont pas trouvé de gènes d’un monstre préhistorique.

Non loin d’une communauté religieuse isolée, dans une forêt du Nouveau-Mexique, rôde le Mal. Le diable, Satan, Lucifer… Bref, la colonie catholique de Little Heaven, un roman d’horreur de Nick Cutter, publié aux Éditions Alto, porte mal son nom. Le livre, lui, réussit à créer une ambiance glauque à souhait.

Sur une gigantesque mer peuplée de mystère, de monstres ou encore d’ennemis sanguinaires, le capitaine d’un vaisseau lourdement armé sait que la prochaine bataille, la prochaine décision difficile à prendre, ou encore le prochain dilemme pourrait signaler la fin de l’aventure. Il faudra s’accrocher… ou tâcher de fuir discrètement.

Couvert de cicatrices après 62 années de combats, le roi des monstres japonais refuse de mourir. Godzilla continue de rugir au grand écran, menaçant Tokyo de son souffle radioactif et multipliant les records d’audimat, écrit The Economist.

Il y a huit ans déjà, surfant sur le succès inestimable de la télésérie Lost qui a changé le visage de la télévision, le grand manitou qu’est J.J. Abrams a produit un mystérieux film qui non seulement a su redonner ses lettres de noblesse au found footage movie, avant que le genre ne dérape, mais a également su donner une carrière à des inconnus au grand talent. Nul doute que ce très efficace nouvel opus provenant des mêmes bases saura en faire autant.