Navigation : horreur

Cinéma / Télévision
0

Séance cinéma –The Thing, l’horreur venue du froid

Difficile de ne pas associer instinctivement film ambitieux réalisé avec un budget relativement réduit, années 1980 et John Carpenter. Le réalisateur a beau jouir d’une popularité importante, depuis quelques décennies, cet attrait de la part des cinéphiles est surtout le fait des amateurs de films de genre. Action, horreur, suspense… les films de Carpenter, et plus spécialement ses plus connus, sont tout plus ou moins reconnaissables à leur style particulier. Et The Thing, classique culte de 1982, ne fait pas exception à la règle.

À la une
0

Castlevania, saison 3: dents pointues et références à gogo

Avez-vous bien aiguisé vos incisives? La télésérie Castlevania, basée sur les jeux vidéo du même nom, est de retour pour une troisième saison, avec une série de 10 épisodes formant à la fois un tout complet, mais aussi le début de quelque chose de franchement intéressant pour la suite. 

Cinéma / Télévision
0

The Invisible Man: on s’est aimés comme on se quitte

L’homme qui a tout n’est rien sans amour. Une prémisse complètement inusitée pour un film d’horreur on ne peut plus représentatif de notre époque, où à l’aide de la technologie, on modernise les écrits de H.G. Wells pour s’attaquer à une véritable abomination: la violence envers les femmes. Non, ce n’est décidément pas The Invisible Man comme vous vous y attendez.

Jeux vidéo
0

Through the Darkest of Times, l’horreur de la chape de plomb nazie

La Deuxième Guerre mondiale a beau avoir débuté le 1er septembre 1939, lorsque l’Allemagne nazie a envahi la Pologne, cela faisait déjà plusieurs années qu’Hitler et ses sinistres sbires faisaient régner un climat de terreur à Berlin et ailleurs sur le territoire national. Through the Darkest of Times, développé par Paintbucket Games, fait vivre l’horreur de la banalisation de l’extrémisme politique et idéologique.

Cinéma / Télévision
1

Doctor Sleep: éloge de la suite

En plus de proposer une suite inattendue au film The Shining, le réalisateur Mike Flanagan parvient à réconcilier une fois pour toutes la vision de Stephen King et celle de Stanley Kubrick avec Doctor Sleep, disponible dès aujourd’hui en 4K, Blu-ray et DVD.

À la une
0

Nécropolitains, apocalypse dans la Ville lumière

Ah, quoi de mieux, après un roman évoquant la colère et l’envie de tuer, et avant d’évoquer un essai abordant la terrifiante question de la lente autodestruction de notre civilisation, qu’un roman racontant la fin de notre civilisation et la multiplication de créatures ayant le besoin primal de consommer de la chair fraîche? Nécropolitains, de Rodolphe Casso, transforme suffisamment les clichés de l’univers des morts-vivants pour devenir un roman particulièrement prenant, où l’on découvrira la capitale française sous un tout autre angle.

Cinéma / Télévision
0

De chair fraîche et de tendresse avec Little Monsters

Malgré son lot d’imperfections, Little Monsters parvient à séduire de manière inattendue tout en insufflant son propre vent de fraîcheur au genre éculé à la fois du film de zombies, mais aussi plus spécifiquement de la comédie de zombies. Un petit délire à rattraper chez soi sans modération.

Cinéma / Télévision
0

Dracula, quand la BBC a le goût du sang

Étrange proposition que cette minisérie sur Dracula, d’abord diffusée sur la BBC, puis sur Netflix quelques jours plus tard. Étrange, en effet, mais pas dénuée de charme, même si cette proposition télévisuelle de la part de la même équipe qui dirigeait Sherlock, Mark Gatiss et Steven Moffat, part hélas un peu dans tous les sens.

Cinéma / Télévision
0

Underwater: toujours moyen de remonter

Tourné il y a déjà près de trois ans, Underwater semble provenir d’une autre époque, ce qui fait à la fois son charme et ses inconvénients, plaçant cette luxueuse série B entre deux feux, jamais trop certaine du degré de satisfaction qu’elle veut développer, ou du moins atteindre.

Cinéma / Télévision
0

Anna and the Apocalypse ne donne pas trop l’envie de prolonger les festivités

La période des Fêtes tire peut-être à sa fin, mais les créations thématiques vivent à jamais, pour le meilleur et le pire, comme en fait foi Anna and the Apocalypse, finalement disponible en DVD en version originale seulement. Le film, avec son concept aussi prometteur relativement gâché, ne donne pas vraiment le goût de poursuivre les célébrations de fin d’année.