Chivalry 2: périr par l’épée

0

Attaque. Parade. Coup d’estoc. Et une épée à deux mains lancée de toutes ses forces pour tenter de tuer ou déséquilibrer l’adversaire à distance. Les gens de chez Torn Banner sont à l’oeuvre pour développer Chivalry 2, et le temps de quelques jours, les amateurs ont pu sauter dans la mêlée, le temps d’une séance de test.

Ladite mêlée n’aura duré que trois jours, avec des batailles entre les joueurs provenant de diverses plateformes (Windows, PlayStation et Xbox), mais déjà, il est possible de se faire une idée du titre qui doit être lancé début juin.

D’abord, à l’inverse de Mordhau, par exemple, qui est à la fois un successeur spirituel de Chivalry, premier du nom, mais aussi un titre à part, notamment sur le plan des mécaniques de jeu, Chivalry 2 se veut un point d’équilibre entre une jouabilité s’appuyant entièrement sur l’amusement d’un titre véritablement orienté arcade et un simulateur de combats plus digne de ce nom, en quelque sorte.

Bref, on tente de ménager la chèvre et le chou: offrir le plaisir d’un combat presque toujours chaotique, tout en permettant aux adversaires en lice d’utiliser des tactiques relativement complexes pour tenter d’obtenir l’avantage décisif qui donnera l’occasion de porter le coup mortel.

Les choses commencent de façon relativement simple: en lançant le jeu pour la première fois, on nous propose immédiatement, en grosses lettres clignotantes, de passer par le tutoriel. Tutoriel qui sera d’ailleurs fort utile. Point de « appuyez sur W pour avancer », mais plutôt, assez rapidement, on nous y montre comment parer, puis contre-attaquer, tout en s’éloignant d’un deuxième assaillant.

Et cet apprentissage servira très rapidement sur le champ de bataille. Bien entendu, la version bêta était particulièrement limitée, et il n’a donc pas été possible de tester toutes les mécaniques de jeu. Mécaniques qui, d’ailleurs, peuvent être appelées à changer, non seulement d’ici le lancement officiel de juin, mais aussi par la suite, au gré des développeurs, qui s’appuieront forcément sur la rétroaction des joueurs.

Le premier Chivalry était un titre bien ficelé, et il y a fort à parier que sa suite sera tout aussi agréable à jouer. Les combattants se plaindront-ils d’obtenir quelque chose qui ressemble largement au jeu sorti en 2015, justement? Cela reste à voir, mais avec la fluidité de l’engin graphique et les différents niveaux de complexité proposés, il semble y avoir un petit quelque chose pour tous les goûts.

D’autant plus qu’on aura beau chercher à suivre les enseignements à la lettre, il sera toujours possible de se faire décapiter par un ennemi qui s’est faufilé derrière nous, ou encore de recevoir un… poulet meurtrier par la tête.

Chivalry II (en version bêta)

Développeur: Torn Banner Studios

Éditeur: Tripwire

Plateformes: Windows, Xbox One, Xbox Series X, PlayStation 4, PlayStation 5 (testé sur Windows / Epic Games)

Jeu disponible en français (indications à l’écran seulement, pour l’instant)

Abonnez-vous à l’infolettre!

Encouragez Pieuvre.ca


Autres contenus:

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre