Desperados III: duel au soleil

0

Qui avait « jeu tactique en vue du dessus se déroulant dans le Far West » sur sa carte de bingo pour les nouveautés en matière de jeux vidéo pour l’année 2020? Certainement pas ce journaliste, qui a pourtant découvert avec un très grand plaisir Desperados III, un titre développé par Mimimi Games et publié par THQ Nordic.

Comme son nom ne l’indique pas, Desperados est en fait un antépisode de la série de jeux dont le dernier titre remontait à… 2007. De toute façon, que l’on ait joué ou non aux précédents titres, nous voilà en contrôle de John Cooper, bandit au grand coeur comme son père avant lui. Ou est-il plutôt un mercenaire? Ou encore un justicier? Peu importe; le fait est que Cooper, armé de ses six-coups, de son poignard et de ses pièces de monnaie idéales pour détourner l’attention des malotrus, devra surmonter quantité d’obstacles et bien évaluer les pour et les contre de ses faits et gestes s’il ne veut pas être transformé en passoire… et si le joueur ne souhaite pas recommencer la mission en cours.

À l’image de Commandos, dont le premier volet sorti en 1998 avait révolutionné l’industrie, à l’époque, ou encore du plus récent Satellite Reign, qui ajoutait un aspect jeu de rôle à la chose tactique, en plus d’une généreuse couche d’ambiance cyberpunk, Desperados nécessite du joueur un savant mélange de réflexion, de bravoure et parfois même de chance pour venir à bout des méchants et atteindre son objectif. En fait, le jeu souhaite à tel point que l’on progresse étape par étape qu’après une minute sans sauvegarde, un indicateur nous offrira un décompte qui sera de plus en plus insistant à mesure que le temps s’écoulera. Bien entendu, il est possible de jouer dangereusement et de laisser le temps s’écouler; après tout, rien n’oblige à sauvegarder constamment! Le jeu offre même un « succès » à déverrouiller si un joueur évite de sauvegarder, et encore plus de charger une précédente sauvegarde durant une mission. Il est aussi possible, bien sûr, de désactiver la fonction dans les options.

Quoi qu’il en soit, les temps ont bien changé depuis la sortie de Commandos: non seulement les décors de Desperados III sont magnifiques, avec des paysages complexes et particulièrement détaillés, en plus de l’opportunité de voir l’effet des conditions météo sur l’environnement, par exemple, mais l’action est d’une très grande fluidité. Les personnages pourront grimper, sauter, courir, tenter de marcher discrètement… Comment oublier, aussi, la capacité de « figer le temps » pour planifier des actions à l’avance? Il est ainsi possible d’utiliser les deux pistolets de Cooper au même moment, par exemple, pour abattre deux ennemis à la fois, ou encore de combiner les capacités du personnage principal et de ses alliés. Car Cooper peut faire équipe avec des alliés, qui possèdent tous des habiletés spéciales qui leur sont propres.

Fort heureusement, les habitués des jeux de tactique ne seront pas dépaysés: on retrouve ainsi le concept fort bien connu des « cônes de vision » qui permettront de se faufiler de côté ou par derrière pour surprendre un ennemi, ou la possibilité d’utiliser des aspects du décor pour faciliter sa progression, comme le fait de faire s’écraser un rocher sur des ennemis.

Si les missions de Desperados III peuvent s’avérer longues, notamment, parfois, en raison de la complexité des tâches à accomplir – ou en raison du méchant que l’on avait jamais vu, et qui ouvre immédiatement le feu sur nous, en déclenchant l’alarme au passage et en nous forçant à charger une sauvegarde, ou à tuer tout ce qui bouge maladroitement –, il ne fait aucun doute que les développeurs de chez Mimimi Games ont accompli un travail exceptionnel.

Le jeu est léché, rien ne semble avoir été précipité, la logique interne du jeu est constante, les mécaniques sont claires… même la musique est plus que réussie. Que demander de plus? Franchement, rien du tout. Desperados III est un bijou qui sent le cuir et le sable cuit sous le soleil, et qui résonne comme un excellent western. Du grand art.

Desperados III

Développeur: Mimimi Games

Éditeur: THQ Nordic

Jeu disponible en français (interface et sous-titres)

Encouragez-nous sur Patreon!


Autres contenus:

Beyond Blue: le grand bleu

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre