L’insondable terreur de Deck of Ashes

0

Dans un monde dévasté par la Malédiction des cendres, quatre héros, ou plutôt quatre antihéros, tenterons de survivre aux hordes monstrueuses et réussir, espérons-le, à tuer la Mort elle-même pour espérer renverser la fin du monde. Saurez-vous suffisamment maîtriser le Deck of Ashes pour y parvenir?

Développé par AYGamesDeck of Ashes n’échappe aucunement à une comparaison directe avec le très populaire Slay the Spire. Les deux sont des jeux où les combats tactiques se suivent dans un monde fantastique peuplé de monstres. Les deux présentent des mécaniques consistant à combiner les effets de diverses cartes pour en maximiser l’impact offensif sur les ennemis, ou encore l’effet défensif sur le personnage incarné par le joueur. Et les deux mettent en vedette une série de héros aux avantages (et inconvénients!) spécifiques qui auront une incidence sur la façon de tenter de surmonter les divers obstacles avant qui, de renverser la malédiction et qui, de conquérir la fameuse tour.

On peut ainsi légitimement se demander pourquoi les développeurs ont semblé copier à ce point un jeu déjà existant. Où sont les différences? Où sont les variations? Bref, où est la justification pour payer 23$, alors qu’on pourrait en dépenser 28$ et se procurer Slay the Spire? La différence, se trouve non seulement dans la conception de l’univers, qui semble plus sombre, plus torturé, davantage condamné à d’atroces souffrances que dans Slay the Spire, mais aussi du côté des mécaniques de jeu. Lorsque des cartes sont jouées, par exemple, elles ne peuvent normalement pas revenir dans la pioche du joueur, mais devront plutôt, généralement être « restaurées » au coût d’un point de puissance, une ressource précieuse qui est aussi employée pour récupérer des points de vie à la fin d’un combat.

Que faut-il choisir, alors? Une série « d’armes » bien affûtées pour affronter le prochain monstre, ou plutôt une condition physique plus importante, histoire d’encaisser les violents coups qui ne sauront tarder?

Deck of Ashes s’appuie sur la nécessaire gestion méticuleuse de diverses ressources dont on ne disposera évidemment jamais en quantités véritablement suffisantes. Les amateurs de choix cornéliens seront comblés, et plus le héros progressera, plus il devra faire des choix souvent déchirants pour tenter d’assurer sa survie.

Si le concept fonctionne franchement bien, les curieux et les joueurs avertis devront toutefois prendre quelque peu leur mal en patience, puisqu’il peut s’écouler une ou deux heures de jeu, au moins, avant que la « pioche » d’un joueur comporte suffisamment de cartes intéressantes pour qu’il soit possible de créer des combinaisons attrayantes. Autrement, on se retrouve bien souvent avec les mêmes attaques légèrement ennuyantes, sans possibilité d’accélérer des combats qui tiennent davantage du lent pugilat que du coup d’estoc bien placé, ou encore que de l’assaut frontal dévastateur.

S’il faudrait peut-être lui apporter quelques améliorations, notamment possiblement accélérer les mouvements lors de l’utilisation de cartes, par exemple, Deck of Ashes est un jeu franchement intéressant, qui saura convaincre ceux qui pourront patienter pendant environ un niveau avant de véritablement découvrir toutes les possibilités du titre.

À essayer, donc, histoire de tenter un coup de poker avec le destin…

Deck of Ashes

Développeur: AYGames

Éditeur: Buka Entertainment et WhisperGames

Plateforme: Windows (Steam)

Encouragez-nous sur Patreon!


Autres contenus:

Ambition, conquête et tactique se télescopent dans Rising Lords

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre