Séance de test – Le Deco X60, la réseautique maillée améliorée

0

Deux ans après avoir lancé la gamme Deco M5, voilà que la compagnie technologie TP-Link présente la série Deco X60, un autre ensemble de routeurs maillés qui visent à faciliter la création d’un réseau internet domestique, ou à l’intérieur d’un petit bureau axé sur la mobilité.

Si on laisse de côté l’étrange méthode employée pour nommer les différents produits de l’entreprise, il ne fait aucun doute que TP-Link a su se tailler une niche dans le milieu particulièrement concurrentiel de la domotique. Et qui dit domotique, dit forcément, de nos jours, réseau wi-fi. Terminée, en effet, l’époque où tout était relié par des câbles réseau ou autres connexions physiques. L’avenir est au sans fil, au mobile et aux points d’accès centraux.

Voilà donc le X60: plutôt que de tenir de la soucoupe volante, comme le M5, le nouvel ensemble de routeurs ressemble quelque peu à un assistant vocal pleine grandeur. Les appareils, testés ici en groupe de trois, sont compatibles avec la récente norme Wi-fi 6, et proposent un cryptage WPA3, ce qui devrait être amplement suffisant pour éviter qu’une personne mal intentionnée réussisse à percer la muraille numérique qui protégera le signal sans fil.

À l’instar des précédentes déclinaisons, TP-Link promet une connectivité de grande envergure: une couverture sans fil allant jusqu’à 650 mètres carrés, ce qui est plusieurs fois plus grand que le logement moyen à Montréal, ainsi que la capacité de gérer une vitesse réseau allant jusqu’à 3 gigaoctets par seconde. Idéal, dit-on, pour l’écoute en continu de contenu en qualité 4K, voire 8K.

Tout cela est bien beau, mais n’a-t-on pas un peu forcé la note, chez TP-Link? Si les contenus 4K se répandent lentement, trouver de la vidéo en 8K, et surtout trouver un écran capable de l’écouter en qualité intégrale, relève encore de la gageure risquée. Quant à la vitesse de transfert de 3 gigaoctets par seconde, il faudra s’assurer que toutes les connexions entre la source et les bornes soient ultra-efficaces. Rien d’impossible, dans ce cas-ci, mais il faut garder en tête que ces données sont tout à fait théoriques.

Cela étant dit, TP-Link promet la Lune, mais ce faisant, l’entreprise rate rarement la cible, même quand celle-ci est plus modeste. Aucun ralentissement n’a ainsi été constaté lors des tests de vitesse effectués par ce journaliste. En fait, les seules lenteurs étaient attribuables au nombre de murs ancestraux soutenant les plafonds tout aussi vénérables d’un logement du Plateau-Mont-Royal, ainsi qu’à un ordinateur Apple qui a vécu de meilleurs jours.

La principale amélioration du X60 sur le M5, en fait, est non seulement la puissance augmentée du signal, qui permet d’obtenir une vitesse plus importante, y compris un téléchargement wi-fi équivalent pratiquement à la vitesse maximale qu’il est possible d’atteindre en se branchant directement à la source avec un câble réseau, mais aussi la capacité des bornes à se connecter et se configurer d’elles-mêmes dès lors qu’une première de ces trois bornes est activée et convenablement installée. Avec les bornes M5, il fallait manuellement ajouter les bornes une à une, et cette même configuration du logement montréalais obligeait parfois à configurer une nouvelle borne à côté de la borne principale, avant d’aller l’installer plus loin, dans le couloir.

À 550$ pour un ensemble de trois bornes, la gamme Deco X60 n’est peut-être pas pour toutes les bourses, mais le maillage est solide, la connectivité est excellente, et la configuration est rapide. Sans oublier la possibilité de gérer tous les aspects du réseau à distance avec l’application mobile. On aurait tort de s’en passer, bref…

Encouragez-nous sur Patreon!


Autres contenus:

Séance de test – Les écouteurs sympathiques de Padmate

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre