Gretel & Hansel: un conte de fée déconseillé aux enfants

0

Disponible depuis la semaine dernière en 4K, Blu-ray et DVD, Gretel & Hansel du réalisateur Oz Perkins constitue sans doute la version la plus sombre et la plus réaliste du célèbre conte des frères Grimm.

Les deux enfants expulsés du domicile familial et égarés dans les bois. La fameuse maison en pain d’épice tapie au cœur de la forêt. La sorcière cannibale qui les recueille et les engraisse dans le but de les manger, avant de finir brûlée vive dans son propre four. Nous connaissons tous très bien l’histoire d’Hansel et Gretel, au point où on pourrait penser qu’un tel classique n’a vraiment pas besoin d’être raconté une fois de plus, mais contrairement à Disney, qui a la fâcheuse manie de dégriffer les contes de fées pour les rendre le plus inoffensif (et le moins violent) possible, le réalisateur Oz Perkins suit le chemin contraire avec Gretel & Hansel, une réactualisation sombre et artistique du plus célèbre conte des frères Grimm.

La pochette du boîtier

Tout en restant dans le domaine du conte de fée, Gretel & Hansel opte pour un réalisme accru, et mise sur sa proximité avec l’horreur. En plus de dépeindre la mère des deux enfants comme une femme à la santé mentale chancelante, le film explore les origines de la vilaine sorcière anthropophage, et présente une Gretel possédant elle aussi des pouvoirs surnaturels. Le réalisateur se permet une scène où les deux jeunes héros avaleront des champignons magiques (hallucinations incluses), et il délaisse la fameuse maison en pain d’épices pour un chalet lugubre caché dans les bois, dont les fenêtres laissent entrevoir un fabuleux festin à l’intérieur. Même la conclusion s’avère plus nuancée que celle du récit original.

La réalisation de Gretel & Hansel est absolument sublime, et constitue le point fort du film. Le long-métrage s’amorce en format « letterbox », avant d’adopter un étrange ratio, qui ne remplit pas complètement l’écran et affiche des barres noires tout le tour du cadre, mais en dehors de cette étrange particularité, chaque image arbore une beauté picturale digne d’un tableau, et la direction photo fait preuve d’un incroyable sens de la symétrie. Le leitmotiv visuel du triangle revient sans cesse à travers le montage et grâce à une utilisation magistrale de la lumière, qui vient rehausser et approfondir chaque plan de vue, rarement la forêt aura été aussi bien mise en valeur qu’ici, ce qui lui rend sa dimension mythologique, intemporelle.

Image tirée du film

Le récit est davantage axé sur Gretel que Hansel, ce qui explique sans doute l’inversion du titre. Dans le rôle principal, Sophia Lillis (qu’on a pu voir dans les deux chapitres du remake de It ainsi que dans la série Sharp Objects), porte littéralement le film sur ses épaules, et la jeune actrice, présente dans chaque scène, livre une performance intense et sans faille. Gageons qu’on n’a pas fini de voir cette talentueuse comédienne. Tout en faisant preuve de naturel devant la caméra, le Hansel de Samuel Leakey (dont c’est le tout premier long-métrage), ne dispose pas de beaucoup de temps à l’écran, et abonnée aux rôles de prêtresse ou de femme dérangée, Alice Krige est sinistre à souhait dans le personnage de la sorcière.

L’édition haute définition de Gretel & Hansel comprend le long-métrage sur disque Blu-ray, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique, comme c’est de plus en plus la norme. Pour seul et unique matériel supplémentaire, l’édition inclut un scénarimage (storyboard) animé de cinq minutes, qui a probablement servi de démo afin d’obtenir le financement pour le projet, et dont les personnages ont clairement été dessinés d’après les acteurs qui jouent les rôles dans le film final.

Même si son histoire archi-connue ne réserve que très peu de surprises, Gretel & Hansel mérite certainement un visionnement, ne serait-ce que pour sa réalisation magnifique, son ambiance insidieuse, et la performance intense de Sophia Lillis.

6.5/10

Gretel & Hansel

Réalisation : Oz Perkins

Scénario : Rob Hayes

Avec : Sophia Lillis, Samuel Leakey, Alice Krige, Jessica De Gouw, Fiona O’Shaughnessy, Donncha Crowley et Charles Babalola

Durée : 87 minutes

Format : Blu-ray (+ copie numérique)

Langue : Anglais et espagnol


Autres contenus:

Just Mercy: la couleur de l’injustice

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre