It: enfin un bon remake!

1

En restant fidèle au roman de Stephen King et en proposant un Pennywise qui n’aura jamais été aussi terrifiant, la nouvelle mouture de It s’avère meilleure en tous points au téléfilm des années 1990.

Signé par le maître de l’horreur Stephen King, le roman It a déjà eu droit à une adaptation au petit écran en 1990, et le téléfilm de trois heures paru à l’époque est sans doute largement responsable de l’augmentation fulgurante des cas de coulrophobie dans les trente dernières années. Il était donc inévitable qu’un cinéaste revisite un jour ou l’autre ce classique, et pour l’une des rares fois dans le monde des remakes, le film qui en découle n’est pas inférieur à l’original, au contraire, puisqu’il en améliore à peu près tous les aspects.

La pochette du boîtier

L’histoire est sensiblement la même. Alors qu’une série de disparition d’enfants afflige la petite communauté de Derry dans le Maine, seul un groupe de sept préadolescents un peu rejets, surnommé le « Club des Losers », semble être en mesure de stopper la menace, qui prend les traits de Pennywise, un clown maléfique rôdant dans les égouts et les canalisations d’eau de la ville. La grosse différence avec le téléfilm des années 1990 est que ce remake se concentre uniquement sur la première partie du récit. Gageons que la réunion du groupe quelque 27 ans plus tard sera exploitée dans l’inévitable It 2.

L’autre différence majeure, c’est qu’au lieu de se dérouler dans les années 1950, l’intrigue a été déplacée en 1989, et le petit côté Stand By Me se voit remplacé par une texture plus proche de Stranger Things, une impression renforcée par la présence de Finn Wolfhard (Mike dans la série culte de Netflix), qui reprend ici le personnage de Richie. En délaissant la facture parfois un peu ridicule du téléfilm original pour proposer un ton résolument plus sombre, des scènes beaucoup plus intenses et un soupçon de gore, cette nouvelle mouture de It constitue un film d’horreur digne de ce nom.

Image tirée du film

Tim Curry a traumatisé des milliers de personnes avec son Pennywise dans le téléfilm des années 1990, mais son clown est un peu grotesque en comparaison à la version que livre Bill Skarsgård dans ce remake, et ce n’est pas uniquement grâce à des effets spéciaux bonifiés qui lui permettent d’afficher plusieurs rangées de dents acérées. Ses expressions faciales comme ses regards suffisent pour donner froid dans le dos, et bien que toute la distribution livre des performances impeccables, son interprétation est incontestablement le clou du spectacle.

L’édition Combo Pack contient le long-métrage sur disques Blu-ray et DVD, et s’accompagne d’un code pour télécharger une copie numérique. On compte en plus une bonne heure de matériel supplémentaire, avec une douzaine de scènes retirées du montage final, et trois revuettes d’une quinzaine de minutes chacune. L’acteur Bill Skarsgård parle de son audition et de son interprétation de Pennywise dans la première. La seconde est consacrée aux liens d’amitié qui se sont tissés entre les sept jeunes acteurs sur le plateau de tournage, et la troisième présente une entrevue avec Stephen King, qui explique ce qui l’a inspiré à écrire le livre.

Les amateurs de cinéma de genre n’ont pas été choyés par les remakes ces dernières années, mais avec It, le réalisateur Andy Muschietti prouve qu’il est possible de revisiter, et même d’améliorer, un classique de l’horreur.

8/10

It

Réalisation : Andy Muschietti

Scénario : Chase Palmer, Cary Fukunaga et Gary Dauberman (d’après le roman de Stephen King)

Avec : Jaeden Lieberher, Jeremy Ray Taylor, Sophia Lillis, Finn Wolfhard, Chosen Jacobs et Bill Skarsgård

Durée : 135 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


En complément:

Black Mirror, saison 4: quand le souffle se fait court

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique It - Patrick Robert

Répondre