Une campagne remasterisée pour Call of Duty: Modern Warfare 2

0

Onze ans après sa sortie initiale, le jeu Modern Warfare 2, que plusieurs considèrent comme le meilleur opus de la franchise Call of Duty, a maintenant droit à une seconde vie, grâce à une toute nouvelle version concoctée par le studio québécois Beenox.

Je dois avouer qu’avant 2009, je n’étais pas un très grand amateur de Call of Duty (auquel je préférais, et de loin, la série Bad Company), mais la sortie de Modern Warfare 2 a changé à jamais ma perception de la franchise, grâce à sa campagne spectaculaire, s’étalant des montagnes de l’Afghanistan aux favelas de Rio en passant par les banlieues américaines, et où l’action de chaque tableau semblait encore plus survoltée que le précédent. Quoiqu’on puisse penser des talents cinématographiques de Michael Bay, prendre part, manette en main, à des missions dignes d’un blockbuster hollywoodien est une expérience grisante, et avec vingt-cinq millions d’exemplaires vendus, pas étonnant que cet immense succès du jeu vidéo aie maintenant droit à une version remasterisée.

À l’instar du Crash Team Racing: Nitro-Fueled qu’ils ont dépoussiéré l’an dernier (lire notre critique ici), les studios Beenox font preuve d’un immense respect pour le matériel original dans Call Of Duty: Modern Warfare 2 Campaign Remastered, et du lettrage jaune affichant les objectifs jusqu’aux contrôles de la manette, qui sont exactement les mêmes qu’à l’époque, il est évident que cette nouvelle mouture a été faite par des fans du jeu de 2009. Bien que la campagne soit linéaire et n’inclue pas de mécaniques d’évolution et de personnalisation d’armes comme dans la plupart des FPS de nos jours, le titre a étonnamment bien vieilli, et bon nombre de parutions modernes aimeraient pouvoir livrer une expérience de tir aussi finement balancée.

Image tirée du jeu

Délaissant la portion en ligne, Call of Duty: Modern Warfare 2 Campaign Remastered reprend l’intégralité de la campagne solo, et c’est avec plaisir qu’on prend part à la fuite effrénée en motoneige dans le chapitre « Cliffhanger » ou à la défense du restaurant Burger Town dans « Wolverines ». Une option permet de désactiver le « contenu offensant », c’est-à-dire le tableau « No Russian », où des dizaines de civils seront froidement abattus à l’aéroport de Moscou, et on apprécie que les studios n’aient pas fait preuve de révisionnisme en retirant le niveau controversé, d’autant plus qu’il est possible de le compléter en se contentant de tirer en l’air pour ne pas éveiller les soupçons des terroristes que l’on a infiltrés, sans avoir la mort de victimes, aussi innocentes que virtuelles, sur la conscience.

Le seul véritable changement dans Modern Warfare 2 Campaign Remastered se situe du côté des graphiques. Même s’ils ne sont évidemment pas aussi impressionnants que ceux du plus récent Call of Duty paru il y a quelques mois, il est évident, dès qu’on lance le jeu, que ceux-ci ont été largement bonifiés, et visuellement, cette nouvelle mouture en met plein la vue, en tirant profit de la puissance des consoles de cette génération pour offrir des textures en haute définition, des éclairages et des effets volumétriques améliorés, et une résolution pouvant s’afficher en 4K, le tout sans jamais rien sacrifier en termes de performance. Le titre est exclusif à la PS4 pour l’instant, mais il sera disponible sur PC et Xbox One à la fin du mois d’avril.

Avec Campaign Remastered, ceux et celles qui n’ont jamais joué à Modern Warfare 2 pourront découvrir pourquoi ce titre est devenu un si grand classique, tandis que les nostalgiques auront beaucoup de plaisir à replonger dans une campagne encore plus spectaculaire grâce à ses visuels améliorés.

8/10

Call of Duty: Modern Warfare 2 Campaign Remastered

Développeur : Infinity Ward et Beenox

Éditeur : Activision

Plateformes : PS4


Autres contenus:

La balade de santé de Rage 2

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre