De la carte à la case, avec Magic: The Gathering – Chandra

0

Les nombreux adeptes de Magic: The Gathering se réjouiront de pouvoir en apprendre un peu plus sur le riche univers du jeu sans avoir besoin d’user leurs précieuses cartes, avec le premier tome de la bande dessinée Chandra.

L’univers de Magic: The Gathering abrite une multitude de mondes qui, bien qu’ils flottent les uns à côté des autres, sont tous uniques et autonomes. Seuls les Planeswalkers sont capables d’utiliser leur magie pour voyager d’une dimension à une autre, et c’est le cas de Chandra Nalaàr, une pyromancienne protégeant les différents plans d’existence contre les forces du mal. Depuis quelque temps, la jeune femme est tourmentée par les événements de Ravnica, où la victoire contre le dragon Nicol Bolas n’a été remportée qu’au prix de nombreuses victimes innocentes, et alors qu’elle est assaillie par la culpabilité et le doute, un mystérieux ennemi profite de la situation pour mettre le Multivers à feu et à sang. L’héroïne saura-t-elle retrouver assez de confiance en elle pour stopper cette nouvelle menace?

La couverture de l’album

Une jeune pyromancienne pouvant se déplacer instantanément entre les dimensions constitue une héroïne fort prometteuse pour une série de bande dessinée, mais si vous ne connaissez pas grand-chose au jeu Magic: The Gathering, vous risquez d’être un peu perdu à la lecture de ce premier tome de Chandra, intitulé Les fantômes de Ravnica. Quand elle n’est pas en pleine bataille, Chandra Nalaàr passe en effet la majeure partie de l’intrigue à ressasser les événements tragiques survenus dans le roman La Guerre de l’étincelle ou à croiser d’anciens compagnons d’armes, et malgré quelques flashbacks insérés ici et là, la scénariste Vita Ayala ne met pas beaucoup d’efforts pour initier les nouveaux venus au contexte dans lequel s’inscrit cette histoire, ce qui est plutôt dommage.

Une page de l’album

Magic: The Gathering – Chandra se rachète par contre au niveau visuel, grâce aux magnifiques illustrations d’Harvey Tolibao. Tout en créant de la fantasy classique, comprenant elfes, dragons et châteaux, le dessinateur donne une saveur unique à l’ensemble, en délaissant l’esthétique purement médiévale en faveur d’une influence très Renaissance. Tolibao enrobe souvent son héroïne de jets de flammes, d’arcs de feu ou d’explosions, ce qui la fait ressortir de chaque case, en plus de dynamiser les dessins. Chose plutôt rare dans ce genre d’œuvre, l’artiste respecte son personnage en ne l’affublant pas d’une tenue aussi légère qu’inconfortable pour le combat dans le seul but d’exploiter ses courbes, mais l’habille d’une cotte de mailles lui donnant les allures d’une Jeanne d’Arc steampunk avec ses lunettes d’aviateur.

Chandra possède certes du potentiel, mais à cause d’un scénario tenant pour acquis que l’on est familier avec l’univers du jeu, il s’agit d’une bande dessinée qui sera surtout appréciée par les connaisseurs de Magic: The Gathering.

Magic: The Gathering – Chandra, Tome 1 : Les fantômes de Ravnica de Vita Ayala, Harvey Tolibao et Joana Lafuente. Publié aux éditions HiComics, 96 pages.


Autres contenus:

U.C.C. Dolores – Tome 2: escale sur la planète sauvage

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre