Fragments d’Ana: expérience partagée entre acteurs et spectateurs

1

On peut se rendre au théâtre pour voir une pièce et se retrouver impliqué non seulement mentalement mais physiquement dans le spectacle. Les émotions sont alors encore plus fortes, plus profondes, plus directes…, plus sensibles. C’est ce que réalise à merveille l’œuvre Fragments d’Ana du Collectif Théâtre de l’Intime, qui porte si bien son nom. Impossible, sans un certain dispositif de se retrouver aussi près d’une réalité que cherchent à communiquer certains types d’œuvres théâtrales.

Entre jeu théâtral, performance et improvisation, les trois magnifiques artistes de Fragments d’Ana convient les spectateurs à une célébration dans l’intimité d’une famille vivant à Montréal; une famille qui se réduit à trois femmes, Ana qui vit seule dans un trop grand appartement rempli de souvenirs, sa fille Alice qui est enceinte, et Bianca, la nièce d’Ana et cousine d’Alice, instigatrice d’une fête. Ana et Bianca possèdent un délicieux accent brésilien et communiquent parfois dans le portugais de leur pays d’origine. Alice semble être née ici.

C’est Alice que l’on cherche à célébrer, ou du moins son bébé à venir. La fête organisée doit être en tout point parfaite. Mais quelques détails font que les choses ne se passent pas exactement comme prévu. Tant pis… D’autres belles surprises surviennent. Et dans ce cadre, les spectateurs sont entièrement partie prenante.

Amour, nostalgie, solitude, espérance, bienveillance, authenticité et générosité. La performance des artistes est pleine de sensibilité et de délicatesse. On devine à des détails un vécu difficile qui cherche à être mis de côté, pour le temps de la fête au moins: des petites rancunes enfantines, des déceptions amoureuses, des frustrations, des espérances en des temps meilleurs.

L’écriture du texte est extrêmement soignée, et elle s’accompagne de gestes simples auxquels les spectateurs sont conviés à petites touches délicates. De belles comparaisons sont imaginées entre les paires de chaussettes dépareillées que nous avons tous dans nos tiroirs et les couples qui ne s’entendent pas toujours parfaitement ou qui ne plaisent pas aux autres, la douceur d’un crâne chauve et celui d’un saint qu’on invoque à l’aide d’une figurine, les ballons qui contiennent des cadeaux et ceux qui mettent au monde les bébés…

Fragments d’Ana est vraiment un spectacle à voir et auquel participer en toute confiance. Un jeune garçon, préadolescent, qui figurait parmi les spectateurs quand j’y étais a superbement exprimé son ressenti positif et ému au moment où, après le spectacle, une petite discussion était proposée à ceux qui souhaitaient discuter avec les trois artistes.

Fragments d’Ana, du 25 septembre au 6 octobre 2019, au Mai à Montréal

Texte: Patricia Rivas

Direction et mise en scène: Ligia Borges

Avec: Marilda Carvalho, Ligia Borges et Patricia Rivas


Autres contenus:

La TOHU, une 16e saison qui combine formule gagnante et audace

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Un commentaire

  1. Pingback: Le principe d'Archimède, ou quand la rumeur empoisonne l'atmosphère - Pieuvre.ca

Répondre