Knock, la délicieuse pièce de Jules Romains, pour ouvrir la saison du TNM

1

Knock, c’est, comme le dit si bien le titre complet de la pièce, le triomphe de la médecine… et non celui de la santé. La différence est de taille. Toute l’écriture tellement drôle et intelligente de Jules Romains s’appuie sur cette substitution des mots. Le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) a eu raison de proposer cette œuvre en ouverture de sa saison. C’est tellement bon pour la santé d’écouter un texte aussi spirituel, subtil, pétillant et bien écrit.

Les anthropologues savent bien que, dans toutes les sociétés, la personne qui soigne est aussi celle qui peut inoculer la maladie. Car détenir la clé de la maladie signifie qu’on est tout autant capable de la donner que de la soustraire à son patient.

Jules Romains joue sur cette ambivalence de l’art de la médecine, un art et non vraiment une science, qui met en contact deux êtres humains: le médecin « supposé savoir » et la personne toujours inquiète de sa disparition programmée.

M. Romains n’est pas le premier à jouer de ce double mouvement de soumission et de méfiance que les humains ont à l’égard de leurs soignants. Depuis le Moyen-Âge jusqu’à Molière, au moins, en passant par Montaigne et bien d’autres, une longue tradition d’auteurs s’est amusée à dénoncer non pas tant les charlatans, que l’état de double vulnérabilité du malade, celle qui l’affecte non seulement physiquement mais psychologiquement.

Dans d’intéressants décors, fin XIXe siècle, comme le TNM sait les offrir à son public, vêtus de beaux costumes volontairement un peu clownesques, les six excellents acteurs défilent et incarnent pour certains bien plus qu’un seul personnage. Dès le « générique », la scénographie plonge le spectateur dans l’ambiance du cinéma français des années 50, sans doute pour rappeler l’inimitable Louis Jouvet, plus qu’honorablement remplacé ici par Alexis Martin.

On se retrouve sur une route de montagne, en direction de Saint-Maurice, une petite ville dans laquelle le docteur Parpalaid a exercé la médecine depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il pense faire une excellente affaire en cédant moyennant une rémunération conséquente sa clientèle – quasi inexistante – à un nouveau médecin, le docteur Knock. C’est que du temps du docteur Parpalaid, les gens mouraient ou étaient bien portants. Il ne va plus en être de même avec cet ancien vendeur de cravates qu’est le docteur Knock, un soi-disant médecin qui tient tout son savoir de la lecture des notices de médicaments…

Mais Knock est-il vraiment intéressé par l’argent ou plutôt grisé par le pouvoir que lui confère sa position à l’égard du patient? En trois mois seulement, grâce à ses nouvelles méthodes de soins (et de promotion de lui-même), il parvient à convaincre tous les habitants de Saint-Maurice qu’ils ont besoin de ses services attentifs, au risque de mourir bientôt. Il n’existe pas de gens bien portants selon lui. « Les gens bien portants sont /seulement/ des malades qui s’ignorent »…

Et personne ne résiste à son emprise psychologique qui se répercute, forcément sur le corps, et finalement lui donne raison. Tout le monde tombe vraiment malade, à tel point que le seul hôtel de la ville se transforme en hôpital avec le consentement de tous. Nul ne songe à se révolter. Les microbes sont partout et inquiètent, comble de l’ironie, le docteur Knock lui-même qui n’ose pas croiser son propre regard dans une glace au risque de poser un autodiagnostique alarmant. L’hypocondrie n’épargne vraiment personne…

Knock, au TNM, est un spectacle très agréable et qui fait rire tout en faisant réfléchir, pas tant à notre système de santé – il me semble – qu’à ce couple particulièrement étrange que constitue toujours le patient et son médecin.

Knock ou le Triomphe de la médecine, du 17 septembre au 12 octobre 2019 au TNM.

Knock, de Jules Romains, mise en scène Daniel Brière, avec Evelyne de la Chenelière, Marie-Thérèse Fortin, Pierre Lebeau, Didier Lucien, Alexis Martin et Sylvie Moreau.


Autres contenus:

La TOHU, une 16e saison qui combine formule gagnante et audace

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Un commentaire

  1. Pingback: Festival interculturel du conte de Montréal : une 15e édition prometteuse est lancée - Pieuvre.ca

Répondre