Un album couleur soleil pour Noubi Trio

0

Installée depuis environ deux ans à Montréal, la formation Noubi Trio présentait la semaine dernière, dans le cadre du Festival international nuits d’Afrique, l’excellent album Couleur Terre.

Se disant inspirés par les sonorités de l’Afrique de l’Ouest, le groupe dit utiliser des sonorités « afro-coustik » mélangeant la pop, le reggae, le funk et le jazz. Et force est d’admettre que la description est juste. Dès la première pièce, Djan Djan, vous voilà embarqués dans un voyage à des milliers de kilomètres de Montréal, du Québec. Destination l’Afrique, avec sa modernité, son histoire, son folklore, ses inspirations musicales.

À la tête de Noubi Trio, on trouve Noubi Ndiaye, Sénégalais d’origine. Viennent ensuite Carlo Birri et Vincent Duhaime-Perreault, tous deux venus d’Occident. Qu’à cela ne tienne; après tout, depuis quand le métissage est-il une mauvaise chose? Avec des inspirations fortement africaines, on distingue néanmoins quelques touches d’une musique plus européenne, voire plus nord-américaine.

De ce kaléidoscope musical, on retire une impression de bonheur, de chaleur; le sourire nous vient spontanément au visage, et l’on se prend d’envie de se laisser bercer par les rythmes envoûtants.

Du soleil, du plaisir… que demander de plus? Belle, très belle révélation musicale, on imagine fort bien Noubi Trio faire danser la foule sur le parterre d’une salle de spectacle, ou encore en plein air, sous la voûte étoilée.

Couleur Terre conviendra bien entendu aux amateurs de musique africaine, mais aussi aux curieux, ou encore à ceux qui veulent profiter au maximum de la saison estivale, que l’on soit véritablement en été, ou même lorsque l’hiver est à nos portes.


En complément:

Radiohead à Montréal: balade spatiale avec Thom Yorke

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre