Se muscler les méninges avec Nintendo Labo

1

On peut reprocher bien des choses à Nintendo, mais certainement pas de vouloir sortir du cadre traditionnel des jeux vidéo. Voilà donc que l’entreprise lance Nintendo Labo, une série de produits à assembler qui permet non seulement d’exploiter de façon ingénieuse les capacités de la console Switch, mais aussi de se familiariser, si le coeur nous en dit, avec la programmation informatique.

Dans une salle du Centre des sciences de Montréal, la construction bat son plein. Nintendo connaît son public, et si les publicités entourant le lancement de la très populaire console Switch s’adressaient aux adultes, les ensembles Labo – du moins ceux de base – sont définitivement destinés aux enfants. On avait donc beaucoup de coeur au ventre, vendredi dernier, lors de l’activité de lancement officiel de la nouvelle gamme de produits au Québec.

Il est d’ailleurs facile de se laisser gagner par l’enthousiasme des plus jeunes. Le Nintendo Labo, c’est un peu le rêve de n’importe quel enfant: non seulement est-il possible de construire des créatures, des robots et d’autres engins et appareils en utilisant rien de bien plus complexe que du carton, des ficelles et d’autres accessoires, mais ces créations s’animent une fois que l’on y glisse la Switch ou ses manettes détachables.

Résultat, voir un jeune garçon enfiler tout un costume cartonné agrémenté de sangles pour se glisser dans le cockpit d’un robot devant détruire une ville – et surtout le voir bouger les bras et les jambes pour faire fonctionner son alter-ego numérique sur l’écran d’une télévision évoque la fascination que les plus âgés ressentaient en voyant le Power Glove dans le film The Wizard.

Aujourd’hui, toutefois, ces folles créations, tous ces robots, ces machines, tous ces  ne sont plus nécessairement confinés à notre imagination, mais peuvent trouver vie grâce à la Switch.

Mieux encore, il ne fait aucun doute que les plus débrouillards créeront rapidement leurs propres montages en carton (ou à l’aide de n’importe quel matériau, l’important étant d’y attacher les manettes et la console) et parviendront à coder leurs propres logiciels pour contrôler les nouvelles inventions.

Achètera-t-on une Switch uniquement pour se procurer l’ensemble Nintendo Labo? Probablement pas; pourtant, pour ceux qui sont déjà propriétaires de la console, ou ceux qui pensaient délier les cordons de la bourse pour acquérir d’autres titres, Nintendo Labo s’avérera certainement un bon choix pour une activité qui devrait plaire à toute la famille.

À essayer, donc. Et fort heureusement pour les moins habiles d’entre nous, il n’est nullement nécessaire de ressortir le vieux tube de colle Pritt à moitié sec qui traîne quelque part dans un tiroir!


En complément:

Nintendo écoule 10 millions de consoles Switch en 2017

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Un commentaire

  1. Pingback: Exercices, portabilité et aspirateurs à fantômes chez Nintendo - Pieuvre.ca

Répondre