Le septième art, version Penguin Random House

1

Ah, le cinéma… Un univers incroyable, qui renferme le meilleur comme le pire, le fantastique comme le déprimant, l’hilarant comme l’horrifiant. Et qui dit films dit nécessairement palmarès, listes de tout acabit et autres tops préférentiels qui se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Voilà donc que débarque Le cinéma – Les grands concepts expliqués, un autre recueil du genre qui tente de se démarquer et de mériter une place de choix sur notre table à café.

Déjà, l’idée est intéressante: d’abord un concept de la maison d’édition Penguin Random House, Les grands concepts expliqués se décline non seulement du côté du cinéma, mais aussi pour l’art en général, pour la littérature, l’histoire, l’économie, la politique, la science, etc. Le tout est distribué ici par la maison montréalaise des éditions MD.

La couverture de l’ouvrage.

Revenons-en toutefois à nos moutons sur pellicule: pour ce recueil à l’odeur de maïs soufflé, cinq hommes – journalistes, écrivains, professeurs, experts, etc. – se sont prononcés sur ce qui constitue le « meilleur » du cinéma. Bien entendu, on aura droit à certains grands classiques indémodables, et ce pour toutes les grandes époques depuis les frères Lumière, mais le livre tente aussi de définir les courants ayant traversé les âges, les influences qui ont guidé cinéastes et cinéphiles, les facteurs qui ont contribué à la réussite d’un film ou à son torpillage populaire, voire populiste.

Pour le néophyte, et même pour celui ou celle qui s’y connaît un peu, cet ouvrage sera l’occasion de dépoussiérer quelques notions, mais aussi de découvrir des perles dont on ignorait l’existence, et que l’on voudra ensuite tenter de trouver en ligne, quelque part. Et pour les experts, ce sera aussi le moment de déplorer que nos propres titres préférés ne se retrouvent pas dans ce palmarès nouveau genre.

Mais souhaite-t-on vraiment tomber sur un livre qui épouse parfaitement nos convictions cinématographiques? Veut-on véritablement feuilleter un ouvrage qui consacre Blade Runner comme meilleur film de tous les temps (ce qu’il n’est probablement pas, même s’il s’agit d’un excellent long-métrage), ou qui propose de s’astreindre à endurer The Room? Ne voudrait-on pas plutôt voir nos idées être remises en question? Être amenés à découvrir de nouveaux films, ou à en apprendre davantage sur une oeuvre que l’on croyait connaître comme le fond de sa poche?

Sans être parfait, Le cinéma – Les grands concepts expliqués accomplit suffisamment bien sa tâche pour donner envie d’engloutir plusieurs heures à explorer, lire, découvrir des titres, des réalisateurs, des époques. En cette ère d’instantanéité, la chose a des allures de prodige.

Un excellent choix pour les amoureux du papier qui glisse sous les doigts et de la magie du petit comme du grand écran.


En complément:

Les dessins d’une légende ou le dessin dans la légende

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Un commentaire

  1. Pingback: Tokyo Vice, le mauvais bon côté du journalisme

Répondre