The Surge, un Dark Souls cybernétique

1

Ceux et celles qui préfèrent les jeux vidéo comportant un bon niveau de défi apprécieront définitivement The Surge, un RPG axé sur le combat au corps-à-corps qui s’inscrit dans la lignée de l’impardonnable Dark Souls.

La pochette du coffret

The Surge nous projette dans un futur pas si lointain, sur une Terre dévastée par les ravages de la pollution et du réchauffement climatique. Dès les premiers instants, l’histoire réussit à accrocher, en nous mettant dans la peau de Warren, un homme en chaise roulante qui affrontera les escaliers et les lieux mal adaptés, simplement pour se rendre aux bureaux de CREO, la puissante corporation qui vient de l’embaucher comme travailleur « augmenté ». Une fois sur place, l’handicapé se fait poser un exosquelette qui doit lui permettre de marcher à nouveau, mais l’opération ne se déroule évidemment pas comme prévu, et Warren se réveille au beau milieu d’un complexe industriel en ruines, où il devra tenter de survivre aux attaques d’androïdes et de drones, tout en essayant de découvrir ce qui est arrivé.

Contrairement à certains RPG, qui adoptent une approche stratégique, The Surge met l’accent sur le combat, particulièrement le combat au corps à corps, ce qui rend son expérience beaucoup plus viscérale que la moyenne des jeux de rôle, et surtout, beaucoup plus impitoyable. Il faut apprendre à bloquer et à esquiver les coups autant qu’à les donner pour espérer survivre à ce monde hostile, et les adversaires rencontrés sur la route donneront même du fil à retordre aux joueurs les plus chevronnés. Pour faciliter les altercations, on peut sélectionner l’ennemi de notre choix, mais aussi cibler la partie du corps à attaquer, et s’en prendre ainsi aux points faibles en frappant la tête, les jambes, les bras ou le torse.

Image tirée du jeu

Divisée en petites zones truffées de raccourcis et de cachettes à explorer, chaque région de la carte gravite autour du Med-Bay, une base centrale où l’on peut améliorer son exosquelette et fabriquer de nouvelles armes ou pièces d’armure. La ferraille récoltée lors des combats sert de monnaie d’échange pour financer les multiples ajouts disponibles, mais dans une mécanique qui sera immédiatement familière aux adeptes de Dark Souls, lorsqu’on meurt sur le terrain (ce qui arrive régulièrement), non seulement les ennemis précédemment vaincus reviennent à la vie, mais on perd également notre butin. On ne dispose alors que de quelques minutes pour retrouver l’emplacement de son cadavre et le récupérer.

Au moins, l’expérience acquise dans le maniement des armes (à une ou deux mains) ne se perd pas à chaque décès, ce qui permet de traverser plus aisément une région donnée au fur et à mesure que notre personnage évolue. L’exosquelette monte lui aussi de niveau et, tout en respectant la capacité de sa batterie, on peut y ajouter une variété d’implants, qui augmentent la vitalité, la force, la vitesse, ou injectent des points de vie durant les combats. Le système de fabrication d’objets s’avère plutôt intéressant : pour construire un casque par exemple, il suffira de concentrer ses attaques sur la tête des ennemis robotisés, afin de récolter les pièces nécessaires à sa fabrication.

Tout en prenant place dans un futur dystopique, The Surge ne sombre pas dans le brun et le gris, comme c’est trop souvent le cas, et malgré la dévastation apparente de son monde, les visuels sont loin d’être glauques, proposant au contraire une palette très colorée et des environnements lumineux. Il est en plus rafraîchissant de plonger dans un RPG qui puise dans une autre esthétique que la sempiternelle fantasy habituellement associée à ce genre de jeu. La version Xbox One que j’ai pu tester est très fluide, et ne compte aucun bogue notable. Bien que le titre n’offre aucun mode multijoueurs, la campagne solo est assez solide pour compenser.

Si vous êtes du genre à lancer votre manette contre l’écran devant un jeu particulièrement difficile, vous devriez peut-être éviter The Surge, mais ceux qui apprécient un bon niveau de défi seront assurément comblés avec ce RPG de Deck13.

7.5/10

The Surge

Développé par Deck13

Plateformes: PC, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)

Jeu disponible en français

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test: The Surge - Patrick Robert

Répondre