De grands coups de cœur à la Tohu pour 2020

0

Pour ceux qui affectionnent le cirque dans sa plus belle tradition, qui sont friands de numéros étonnants, impeccablement réalisés, avec virtuosité, force, beauté et générosité, il ne faut surtout pas manquer les Coups de cœur 2020 de la Tohu. Tous les artistes présentés cette année sont d’un talent fou et ont imaginé, mis au point et réalisé des performances à couper le souffle.

C’est depuis 2016 que la Tohu propose chaque année ses coups de cœur qui permettent au public de découvrir ce qui se fait de mieux en matière de cirque contemporain. Et la cuvée 2020 est plus qu’excellente. Une quinzaine d’artistes (français, américains, russe, suédoises ou québéco-guinéens), trois musiciens dont deux qui font office de maîtres de cérémonie et de clowns, tiennent en haleine le public pendant quatre-vingts minutes. Les numéros sont élégants, parfois poétiques ou envoûtants, toujours réalisés avec maîtrise. Et si on retrouve les accessoires traditionnels du cirque (diabolo, corde lisse, cerceau ou jonglerie et autres acrobaties), certains sont poussés encore plus loin pour des performances encore plus exigeantes.

Ainsi, parmi mes coups de cœurs de ces Coups de cœur 2020, je citerai Antino Pansa, de l’École nationale de cirque, qui fait le funambule, mais sur un fil non tendu et totalement mou. Ceci ne l’empêche pas de marcher, de danser, de faire la roue ou le grand écart avec une aisance qu’on finit par trouver presque naturelle.

J’ai été époustouflée, comme le reste de la salle, par les cinq acrobates de Guinée-Conakry, mais qui œuvrent à Montréal Nord. La jeune compagnie Kalabonté est à surveiller. Trois hommes et deux jeunes femmes sont d’une force, d’une énergie et d’une beauté sans mots avec leurs percussions endiablées, leurs tenues très colorées et leurs acrobaties au sol, dans les airs et autres pyramides quasiment irréels.

J’ai adoré, aussi, les deux Suédoises qui, comme des jumelles, jouent avec naturel sur leur corde lisse; Denis Degtyarev du Cirque du Soleil sur son mât aérien ou Kyle Driggs qui fait voler ses anneaux et ses parapluies presque au ralenti. Même si je ne les cite pas, j’ai admiré tous les autres spectacles. Je réserverai toutefois un dernier coup de cœur personnel à une spécialité que je n’affectionnais pas spécialement jusque-là, mais qui était présentée avec talent, beauté, humour et intelligence par Guillaume Karpowicz. Sa performance au diabolo m’a permis d’apprécier les possibilités incroyables de ce jeu si difficile et exigeant.

Les deux maîtres de cérémonie (frère et sœur) ont mené la soirée avec drôlerie. Un clown femme, cela ne va pas de soi, sauf lorsqu’on a les qualités d’Amélie Vénisse. Quant à la musique, elle était toujours bien choisie et interprétée.

La cuvée Coups de cœur 2020 à la Tohu est à recommander sans la moindre hésitation.

Coups de cœur, du 18 au 29 février 2020, à la Tohu.

Maîtres de cérémonie: Anthony Venisse et Amélie Venisse

Musicien: Quentin Marotine

Artistes: Yamoussa Bangoura (Kalabanté), Regina Baumann, Angelica Bongiovonni, Kyle Cragle, Denis Degtyarev, Kyle Driggs, Guillaume Karpowicz, Leela Masuret, Klara Mossberg, Antino Pansa, Mama Adama Soumah (Kalabanté), M’Mahawa Soumah (Kalabanté), Yamoussa Soumah (Kalabanté), et Alya Sylla (Kalabanté)


Autres contenus:

La maladie de la mort: ces rencontres possibles

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Répondre