The Hustle, ou l’escroquerie au féminin

1

Après Ocean’s Eleven et Ghostbusters, c’est au tour du Dirty Rotten Scoundrels de Frank Oz de connaître un remake au féminin avec The Hustle, une comédie mettant en vedette Anne Hathaway et Rebel Wilson.

Josephine Chesterfield est un escroc de calibre international qui, sous des allures de femme distinguée, utilise ses charmes et sa connaissance de la haute société pour détrousser les hommes fortunés de leur argent. Penny Rust est une arnaqueuse dépourvue de classe comme d’ambition qui s’adonne à des petits larcins, jusqu’au jour où elle débarque à Beaumont-sur-Mer, où se trouve la villa de Josephine. Partageant la même passion pour l’argent des autres, les deux femmes font équipe, mais insatisfaite de sa part du butin, Penny met sa rivale au défi: la première qui soutirera 500 000 dollars à un jeune millionnaire naïf de la Silicon Valley sera déclarée gagnante, et l’autre devra quitter à jamais le Sud de la France. S’amorce alors une compétition féroce où tous les coups, surtout les plus bas, sont permis…

La pochette du boîtier

The Hustle est une version au féminin de Dirty Rotten Scoundrels (qui était déjà le remake d’un long-métrage de 1964, intitulé Bedtime Stories). Bien qu’il reprenne fidèlement la prémisse originale, la dynamique entre les deux escrocs et parfois les mêmes scènes, le réalisateur Chris Addison réussit quand même à livrer une œuvre infiniment moins drôle que la comédie de Frank Oz dont il s’inspire. Certains moments sont amusants, comme la scène où Josephine frotte méticuleusement une frite contre l’intérieur d’une cuvette de toilette avant de la donner à manger à sa rivale qui prétend être aveugle, mais en général, les blagues sont plus puériles qu’adultes, et l’humour ne vole pas très haut.

Même si le film s’appuie parfois un peu trop sur la formule du duo dépareillé, force est d’avouer que le contraste entre les deux actrices est parfait. Reprenant le rôle de l’escroc aristocrate joué par Michael Caine dans le long-métrage de 1988, Anne Hathaway est distinguée et élégante, et c’est sur un ton pince-sans-rire qu’elle livre ses répliques. Le poids de la comédie (sans mauvais jeu de mot) repose surtout sur les épaules de Rebel Wilson, qui multiplie les grimaces, les gesticulations et les blagues grossières pour tenter de faire rire, mais malgré tout son talent, sa performance ne parvient jamais à faire oublier celle de Steve Martin, qui interprétait le pendant masculin du même personnage avec un aplomb incroyable dans la version de Frank Oz.

Image tirée du film

Comptant une quinzaine d’épisodes de la désopilante série Veep à son actif, le réalisateur Chris Addison sait filmer la comédie, et de son générique animé, qui évoque ceux des long métrages des années 1960 comme The Pink Panther, en passant par les nombreux gags visuels qu’il insère à travers le montage (dont la très efficace scène où Rebel Wilson vêtue d’une robe de cuir se cache parmi les sacs à ordures), sa réalisation est absolument irréprochable. Il tire profit des paysages magnifiques de la Côte d’Azur pour agrémenter sa cinématographie de jolies cartes postales, et comme dans le Dirty Rotten Scoundrels de Frank Oz, ses images baignent dans un jazz manouche à la Django Reinhardt transmettant à merveille l’ambiance du sud de la France.

L’édition Combo Pack de The Hustle comprend le film sur disque Blu-ray et DVD, mais n’inclut pas de copie numérique. En plus d’une piste de commentaires livrée par le réalisateur Chris Addison, on trouve trois revuettes du côté du matériel supplémentaire. La première évoque les défis rencontrés pour faire une version « féminine » de Dirty Rotten Scoundrels, la seconde parle de la chimie sur le plateau entre Anne Hathaway et Rebel Wilson, et la dernière est consacrée aux artisans du long-métrage, de la costumière au directeur artistique, en passant par le département des décors.

Si Dirty Rotten Scoundrels a réussi à éclipser le film de 1964 dont il était le remake, The Hustle a très peu de chances de renouveler cet exploit, et cette nouvelle mouture légèrement amusante n’arrive malheureusement pas à la cheville du chef-d’œuvre de comédie sur lequel il se base.

5.5/10

The Hustle

Réalisation : Chris Addison

Scénario : Stanley Shapiro, Paul Henning, Dale Launer, Jac Schaeffer

Avec : Anne Hathaway, Rebel Wilson, Alex Sharp, Timothy Simons, Ashley McGuire et Dean Norris

Durée : 94 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Séance cinéma: The Grand Budapest Hotel, le film qui fait du bien

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique The Hustle - Patrick Robert

Répondre