Navigation : pirates

L’année 2020 aura été particulièrement difficile, non seulement en raison de la pandémie, mais aussi parce que les menaces en matière de cybersécurité se sont multipliées. Et selon un nouveau rapport de la firme Risk Based Security, le nombre d’informations personnelles qui ont fuité, l’an dernier, a atteint des records: 37 milliards d’informations, soit une augmentation de 140% par rapport à l’année précédente.

Sept ans après la fin de sa série Long John Silver, Mathieu Lauffray continue de plus belle son exploration de l’univers des pirates avec Raven, une bande dessinée librement inspirée de la nouvelle Black Vulmea’s Vengeance de Robert E. Howard.

Larguez les amarres, mille sabords! Les apprentis pirates auront fort à faire dans Atlas, un jeu massivement multijoueurs en ligne proposant de combiner des mécaniques de création d’objets, de survie et de navigation sur les sept mers. Pour y parvenir, toutefois, il faudra surmonter bien des frustrations.

Mieux vaut prévenir que guérir: les entreprises canadiennes ont déboursé la coquette somme de 14 milliards de dollars, l’an dernier, pour se protéger des attaques d’éventuels pirates informatiques, ou pour se remettre d’une intrusion numérique. Une compagnie d’ici sur cinq a d’ailleurs été victime d’une attaque l’an dernier.

L’Ukraine et la Russie ont été victimes mardi d’une cyberattaque avec la diffusion d’un virus baptisé « BadRabbit », ce qui a entraîné des retards de vols dans un aéroport ukrainien et perturbé plusieurs organes de presse russes. 

À la suite du scandale, le parti Bright Future a quitté et rompu la coalition au pouvoir en Islande. Le président Guðni Thorlacius Jóhannesson a fixé une date pour de nouvelles élections. Si l’Independence Party a perdu 6% des intentions de vote, les Pirates mettent de l’avant le projet de nouvelle constitution, d’après Reykjavik Grapevine.

Chaque jour, des cyberattaques visent des sites gouvernementaux, bancaires et autres dont l’information est sensible. Oubliez toutefois l’image du cybercriminel en loup solitaire qui opère de son sous-sol : il s’agirait plutôt de véritables communautés d’informaticiens s’échangeant des moyens de ramasser les sites dans leurs filets.