Les Islandais retournent aux urnes le 28 octobre

0

À la suite du scandale, le parti Bright Future a quitté et rompu la coalition au pouvoir en Islande. Le président Guðni Thorlacius Jóhannesson a fixé une date pour de nouvelles élections. Si l’Independence Party a perdu 6% des intentions de vote, les Pirates mettent de l’avant le projet de nouvelle constitution, d’après Reykjavik Grapevine.

Le 18 septembre, le président de l’Islande a annoncé dans une conférence de presse que les élections auront lieu le 28 octobre, ainsi la coalition tripartite des conservateurs de l’Independence Party, de la nouvelle droite du Reform Party et du parti Bright Future a été le siège le plus court de l’histoire islandaise. Le court siège de l’Independence Party à la suite de la crise financière de 2008 a été détrôné au second rang. Le président a également annoncé que le gouvernement actuel va assurer les fonctions de base sans faire de changements majeurs. Il s’agit de la troisième élection en quatre ans.

Selon un sondage du quotidien islandais Fréttablaðið publié le 19 septembre, le parti de gauche Left Greens et le parti conservateur Independence se partagent la première place dans les intentions de vote avec 23%. Le scandale de pédophilie impliquant le père du premier ministre a fait perdre 6% aux conservateurs. Les Pirates suivent en troisième position avec 13,7%.

À la suite de la révélation du scandale, les Pirates ont émis une déclaration supportant l’idée de tenir de nouvelles élections, mais en affirmant qu’une nouvelle constitution devait être votée au parlement en premier lieu, rapporté le 15 septembre. Un souhait qu’une grande partie des Islandais partagent depuis la crise financière de 2008.

Bright Future

Selon le sondage de Fréttablaðið du 19 septembre, le parti qui a rompu la coalition a bénéficié de leur décision. Avant les élections du 29 octobre 2016, Bright Future étaient soutenus par 2.8% et aujourd’hui, ils atteignent 7%. Le journaliste Paul Fontaine du Reykjavijk Grapevine a interviewé le chef du parti Bright Future, Óttarr Proppé le 5 février.

Il définit son parti de la façon suivante: « Je pense que le nom « Bright Future » se passe d’explications. Le parti est conçu comme un parti libéral démocrate et regarde vers le futur en essayant de se distancier des intérêts particuliers, luttant pour réformer et créer des systèmes et des voies pour travailler en politique. C’est un produit du « krach » et en réaction au « krach », pas seulement en Islande, mais à travers le monde, que les politiques et les partis au pouvoir sont devenu le royaume d’une élite, quand une foule de gens sont laissés pour compte. Je pense que c’est une impression commune. Nous avons noté une baisse de la participation aux élections dans la dernière décennie, plusieurs personnes se sentent privées de leur droit de vote, que les politiques sont devenues le domaine de certains types de personnes travaillant à l’intérieur de cadres de partis grassement financés. Ce processus n’est pas seulement une privation du droit de vote, mais aussi une façon de le limiter. Alors je pense que le « krach » en soi, et les réactions créatives des Islandais au « krcsh » – parce que nous n’avons pas la culture pour une révolution violente actuelle – cela amène à penser que si nous ne brûlons pas tout et commençons par construire à partir du sol, au final nous pourrons tout brasser vers le haut  et essayer de travailler de différentes manières ».

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre