Navigation : inégalités

D’un pays à l’autre, la pauvreté et la discrimination ont facilité la propagation de la COVID. Un phénomène que la recherche scientifique avait pourtant validé depuis très longtemps. Une pandémie mondiale pourrait-elle être ce qu’il fallait pour faire naître une prise de conscience?

Une autre année, une autre charge contre les inégalités économiques: tout juste avant le début du Forum économique de Davos, qui se déroulera cette année en mode virtuel, pandémie de COVID-19 oblige, l’organisation Oxfam dévoile de nouvelles données sur l’écart toujours grandissant entre riches et pauvres, un fossé exacerbé par les mécanismes économiques à l’oeuvre dans le contexte de la crise sanitaire, justement.

Si l’Union européenne a accompli des progrès importants pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions polluantes, ces baisses sont largement attribuables aux populations à faibles ou moyens revenus. Les Européens les plus riches, eux, ont pollué davantage, révèle un nouveau rapport de l’organisation Oxfam.

Pendant des siècles, historiens et scientifiques se sont largement entendus sur le fait que lorsque les premiers groupes d’humains cherchaient de la nourriture, les hommes s’occupaient de la chasse, tandis que les femmes effectuaient la cueillette. Cependant, la découverte de la dépouille d’une chasseuse morte il y a 9000 ans dans les Andes, en Amérique du Sud, révèle une tout autre histoire, selon une récente étude de l’Université de la Californie à Davis.

La pauvreté et les inégalités pourraient connaître de fortes hausses à travers le Vieux Continent, alors que les travailleurs à faible revenu pourrait subir des baisses de salaire allant jusqu’à 16%, au même moment où la cohésion sociale entre les pays pourrait aussi prendre du plomb dans l’aile en raison des mesures de confinement, selon une nouvelle étude économique de l’Université d’Oxford.