Navigation : éducation

Si l’informatique peut aider l’évaluation des compétences des élèves, les conseils et les méthodes d’un humain sont préférables, affirment des experts.

Des décennies de gains féministes au sein du marché de l’emploi ont été sapés par la pandémie de COVID-19, aux États-Unis, alors que les services d’éducation publique ont été mis à mal dans ce pays, indique une nouvelle étude de l’Université Washington à Saint-Louis. Ce réseau est pourtant essentiel pour les parents, particulièrement pour les mères, qui en dépendent pour aller travailler.

Les élèves sont de retour en classe ou derrière leurs écrans. Et de nombreux chercheurs n’ont pas caché leurs inquiétudes. « Je crains pour le second bulletin. Il y a eu la très longue glissade au printemps, les pertes de temps d’apprentissage à l’automne. Ce bulletin sera plus difficile à rattraper pour de nombreux élèves qui sont déjà en difficulté », résume le psychologue et spécialiste de la réussite et de l’adaptation scolaire, Égide Royer.

Une pandémie n’a pas que des impacts dans les hôpitaux ou sur la santé mentale. À des milliers de kilomètres, un confinement dans un pays riche peut signifier des emplois perdus dans des pays plus pauvres, des campagnes de lutte à des maladies comme la malaria ou la polio qui sont perturbées et jusqu’à des mariages forcés pour cause de pauvreté.

Si la fermeture des écoles et l’apprentissage en ligne, lorsque possible, font tous deux partie des outils dont disposent les gouvernement pour combattre la transmission de la COVID-19 et ainsi tenter de contrôler la pandémie, les Nations unies soutiennent que cette stratégie pourrait avoir des conséquences importantes, notamment sur les populations plus pauvres.

L’égalité des chances économiques et la solidité des institutions démocratiques sont-elles garantes de la confiance des gens envers leurs voisins? Un grand sondage effectué par le Pew Research Center révèle que les pays sociaux-démocrates incitent à davantage de confiance envers les autres. Les pauvres et les jeunes sont toutefois plus méfiants.