Navigation : covid-19

Alors que le Québec et la France passent tranquillement en mode déconfinement, les scientifiques examinent les données d’un peu partout dans le monde afin de comparer les effets des mesures adoptées d’un pays à l’autre. L’exercice ne doit pas servir pour la prochaine épidémie, mais bien pour gérer l’actuelle crise.

De nombreux travailleurs de la santé sont confrontés à un fardeau psychologique, alors qu’ils sont aux premières lignes d’une crise sanitaire sans précédent. Infirmières, médecins, préposés et autres, travaillent depuis des semaines, voire des mois, afin d’aider ceux qui souffrent du nouveau coronavirus, mais ils ont eux aussi du mal à rester à flot, rapporte un récent article de Science.

De récentes études montrent que les vaccins contre les oreillons, la coqueluche, la méningite et la fièvre jaune perdent  plus rapidement leur efficacité que ne le laissent supposer les recommandations officielles.

Alors que plusieurs États commencent un déconfinement progressif, comment éviter une 2e vague de l’épidémie? Une des solutions qui a circulé serait de fournir des « passeports d’immunité » aux personnes qui auraient déjà contracté la maladie, une chose qu’on pourrait en théorie déterminer grâce à des tests d’anticorps.

Un Québécois sur six serait susceptible de souffrir d’anxiété ou de stress post-traumatique lié à la pandémie, contre un Canadien sur quatre. Cette différence pourrait être liée à une plus grande sensibilité à la désinformation et aux théories du complot à l’extérieur du Québec.

La course au vaccin contre le nouveau coronavirus est entamée: il y aurait près de 78 vaccins actuellement en développement. Il faudrait apparemment attendre encore un an et demi dans le meilleur des scénarios, mais les chercheurs préviennent déjà qu’il pourrait être physiquement impossible de produire suffisamment de vaccins pour tout le monde.

Même après le décès, la COVID-19 continuerait de veiller, rapporte le Scientific American. Un premier cas d’infection post-mortem vient en effet d’être signalé. De quoi faire en sorte que les procédures de désinfection en usage dans les salles d’opération soient aussi appliquées dans les unités de pathologie et médicolégales.

Parmi les nombreux pseudo-remèdes proposés contre la COVID-19, il en est un qui semble à la portée de tous: la vitamine C. Le Détecteur de rumeurs rappelle que non seulement elle ne guérit pas la Covid-19, mais qu’elle a même du mal à enrayer un simple rhume…