Murder on Eridanos, le chapitre final du jeu The Outer Worlds

0

Avec Murder on Eridanos, son deuxième et dernier DLC, le jeu The Outer Worlds nous invite à devenir un détective de l’espace, et à résoudre le mystérieux meurtre de la populaire actrice Halcyon Helen.

Développé par Obsidian Entertainment, le studio derrière des classiques comme Fallout New Vegas ou la franchise Pillars of Eternity, The Outer Worlds compte parmi les meilleurs RPG des dernières années. Se déroulant dans un univers coloré et rempli d’humour noir, le jeu dépeint une société futuriste où l’exploration spatiale et la colonisation de nouvelles planètes est entièrement dominée par les intérêts corporatifs, et Murder on Eridanos, le second et dernier DLC prévu pour le titre, intègre une touche de polar à sa science-fiction teintée de série B.

Mieux connue sous le nom de Halcyon Helen, Ruth Bellamy est une actrice populaire ayant participé à de nombreux feuilletons en éthervision, dont le succès Terreur sur Monarque. Choisie par la distillerie Rizzo comme porte-parole d’une nouvelle vodka, la Spectre brune, la vedette est retrouvée morte à la veille du lancement. Puisque notre réputation s’est répandue à travers la galaxie, l’administrateur du complexe atmosphérique d’Éridan, Quinto Ludovico, nous contacte pour nous demander d’enquêter sur le meurtre, mais il n’est pas évident de trouver le mécréant responsable de cet odieux méfait quand tout le monde semble coupable.

Image tirée du jeu

Contrairement à Peril on Gorgon (lire notre critique ici), Murder on Eridanos ne nécessite pas d’être rendu à un certain point de l’histoire avant de plonger dans son enquête, mais son expérience est calibrée pour les joueurs ayant au moins atteint le niveau trente. En plus d’une toute nouvelle planète à explorer, on y retrouve quelques seize quêtes principales et douze missions secondaires, pour un total d’une dizaine d’heures de jeu, une durée tout à fait respectable. Ce contenu téléchargeable rehausse aussi le plafond d’évolution de notre personnage, qui passe du niveau 33 au niveau 36.

Murder on Eridanos ajoute trois armes scientifiques (comme l’Aiguilleur, le fameux pistolet d’Halcyon Helen), ainsi que des armures inédites, mais pas de nouveaux ennemis ni compagnons. Les mécaniques sont sensiblement les mêmes que dans le jeu principal. La grande nouveauté se trouve du côté de l’amplificateur d’anomalies, un gadget révélant des indices au fur de notre enquête. Ce dernier nous avertit quand une irrégularité est détectée dans l’environnement, et une nuée de particules bleues flottent dans l’air au-dessus de l’objet à inspecter lorsqu’on regarde à travers sa mire.

Image tirée du jeu

Éridan est une planète gazeuse, où des plates-formes flottantes sont situées en hauteur, là où l’air est respirable. Il s’agit d’un lieu de villégiature, avec ses vergers et son hôtel cossu fréquenté par des touristes fortunés. Il n’y a que six îles célestes au total, reliées par de longues passerelles, et le DLC compte donc beaucoup d’allées et venues dans cette zone assez restreinte. Murder on Eridanos est optimisé pour les consoles de nouvelle génération, mais sur la PS4, le jeu connaît des ralentissements occasionnels du nombre d’images par secondes, et même des arrêts complets dûs à des chargements, mais rien de majeur qui ne vienne gâcher l’expérience.

La seule chose négative à propos de Murder on Eridanos, c’est qu’il s’agit du dernier DLC pour The Outer Worlds, et qu’il n’y aura plus de contenu ajouté à cet excellent jeu de rôle. Avec un monde aussi unique et original, espérons que les développeurs en feront une franchise, et nous offrirons une suite prochainement.

8/10

The Outer Worlds : Murder on Eridanos

Développeur : Obsidian Entertainment

Éditeur : Take-Two Interactive

Plateformes : Nintendo Switch, PS4, PS5, Windows, Xbox One, Xbox Series S/X (testé sur PS4)

Jeu disponible en français (textes à l’écran seulement)

Abonnez-vous à l’infolettre!

Encouragez Pieuvre.ca


Autres contenus:

Platforming pure laine pour Sackboy: A Big Adventure

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre