Une finale aux allures de jugement dernier pour The 100

0

Après six ans de diffusion au petit écran, c’est maintenant l’heure de faire ses adieux à la série de science-fiction The 100, dont la septième et dernière saison est maintenant disponible en DVD et Blu-ray.

À l’origine, The 100 racontait l’histoire d’un petit groupe d’humains vivant sur une base spatiale et qui, un siècle après l’holocauste nucléaire, retournaient sur la Terre pour découvrir que celle-ci n’était pas aussi moribonde qu’ils le croyaient. Pendant longtemps, l’émission s’est concentrée sur le conflit entre les populations locales et ceux descendus du ciel, mais avec la sixième saison, la série a pris une tournure totalement différente alors que, suite à la destruction de la seule oasis terrestre pouvant encore abriter la vie, les derniers survivants ont dû s’enfuir à bord d’un vaisseau spatial avant de trouver une nouvelle planète habitable, Sanctum, peuplée par une colonie d’explorateurs terriens et dominée par une élite immortelle ayant trouvé le moyen de transférer leur conscience dans les corps de leurs « sujets ».

La pochette du boîtier

Après que Clarke, Bellamy, Octavia, Echo, Murphy, Emori, Diyoza, Indra et le reste des expatriés de la planète Terre soient parvenus à mettre fin au joug de ces êtres se faisant passer pour des Dieux, perturbant par le fait même la cohésion sociale régnant sur Sanctum depuis des siècles, la septième et dernière saison de The 100 s’ouvre sur la découverte d’un mystérieux orbe, qui s’avère faire partie d’une série de portails permettant de voyager instantanément à travers un réseau de six planètes. Les héros de la série seront alors confrontés à un certain Bill Cadogan et à ses fidèles disciples, dont l’existence entière est consacrée à se préparer à la toute dernière guerre que connaîtra l’humanité, avant de passer à un stade supérieur d’évolution ou d’être anéantie à tout jamais.

Tandis que la majorité des émissions restent sensiblement les mêmes tout au long de leur diffusion, il est vraiment étonnant de constater le chemin parcouru par The 100, et cette dernière saison ressemble très peu à la première. Alors que la série a longtemps été axée autour de la survie des derniers humains dans un monde post-apocalyptique, elle est devenue, au fil du temps, une intrigue de pure science-fiction, abordant des thèmes comme le téléchargement de la conscience des individus dans des disques dur miniaturisés, les voyages instantanés à travers les trous noirs, la dilatation du temps, les croyances religieuses du futur, et une humanité qui, même sur une autre planète à des années-lumière de distance, continue de perpétrer les comportements destructeurs ayant causé la perte de leur Terre natale.

Image tirée de la série

Puisqu’elle se déroule sur plusieurs planètes simultanément et compte des allers-retours constants dans le temps, l’intrigue de The 100: The Seventh and Final Season est assurément la plus ambitieuse à ce jour. Dans cet univers où tout allait de mal en pis à chaque épisode, les scénaristes parviennent tout de même à conclure la saga sur une note positive, quoiqu’un peu « new age ». Le huitième épisode revient sur les origines de l’émission, avant que l’humanité ne s’exile dans l’espace, et explique une large part de la mythologie sur laquelle repose la série entière. Sans trop dévoiler de l’intrigue, un personnage brièvement aperçu dans la quatrième saison sera de retour pour jouer un rôle déterminant, ce qui prouve que la conclusion n’a pas été improvisée à la dernière minute, mais bien planifiée de longue date.

The 100 compte l’une des distributions les plus diversifiées du petit écran, avec bon nombre de personnages noirs, asiatiques ou latinos, ce qui est encore trop rare de nos jours. On retrouve pour un dernier tour de piste les comédiens principaux de la série, parmi lesquels Eliza Taylor (Clarke), Bob Morley (Bellamy), Lindsey Morgan (Raven), Marie Avgeropoulos (Octavia), Tasya Teles (Echo), Luisa d’Oliveira (Emori), Adina Porter, dont le personnage d’Indra ne sourit jamais, ou Richard Harmon (Murphy), source d’humour constante avec ses répliques pince-sans-rire et son ambigüité morale. De nouveaux venus s’ajoutent à cette dernière saison, dont Shelby Flannery qui incarne Hope, la fille de Diyoza née dans « l’anomalie », ou Neal McDonough, un abonné aux rôles de vilains.

Image tirée de la série

Le coffret The 100: The Seventh and Final Season contient seize épisodes de quarante-deux minutes sur trois disques au format Blu-ray. On pourrait penser que la conclusion d’une série ayant connu pas moins de sept saisons serait l’occasion idéale d’interviewer les acteurs principaux, les auteurs et les réalisateurs sur leur expérience et les transformations qu’a connus l’émission à travers les années, mais on ne compte étrangement absolument aucun matériel supplémentaire sur l’édition.

Influencée par Lord of the Flies, Mad Max et Battlestar Galactica, The 100 est une grande série de science-fiction qui a su se renouveler constamment sans jamais s’essouffler, et si vous souhaitez découvrir cette saga, les sept saisons sont présentement disponibles sur Netflix.

7.5/10

The 100: The Seventh and Final Season

Réalisation : Ed Fraiman, Dean White, Tim Scanlan, Diana Valentine, Ian Samoil, PJ Pesce, Lindsey Morgan, Amin Kaderali, Sherwin Shilati, April Winney, Amanda Row, Michael Cliett, Jessica Harmon, Jason Rothenberg

Scénario : Jason Rothenberg, Jeff Vlaming, Kim Shumway, Sean Crouch, Drew Lindo, Erica Meredith, Miranda Kwok, Alyssa Clark, Nikki Goldwaser, Blythe Ann Johnson, Ross Knight, (d’après les romans de Kass Morgan)

Avec : Eliza Taylor, Marie Avgeropoulos, Bob Morley, Lindsay Morgan, Tasya Teles, Adina Porter, Luisa d’Oliveira et Neal McDonough

Durée : 677 minutes

Format : Blu-ray (3 disques)

Langue : Anglais seulement (avec sous-titres en anglais)

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

The Midnight Sky, la fin du monde de George Clooney

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre