Batman – Death in the Family: le film d’animation dont vous êtes le héros

0

Disponible cette semaine en Blu-ray, Death in the Family ne se contente pas de proposer la version animée d’un arc narratif culte de Batman, mais livre carrément un film interactif, où le spectateur décide de l’histoire.

Batman s’est retrouvé plus d’une fois à couteaux tirés avec Jason Todd, la seconde personne à enfiler le costume de Robin après Dick Grayson. Agissant sous le coup de l’impulsion et habité par une rage sourde, le jeune homme a souvent exprimé ouvertement son désaccord avec les méthodes et la philosophie de son mentor, ne comprenant pas pourquoi le Chevalier Noir se contentait d’emprisonner des criminels qui finissent toujours par s’évader au lieu de mettre fin à leur existence une fois pour toutes. Quand Jason Todd manifeste son intention de venger Barbara Gordon, en chaise roulante depuis que le Joker lui a tiré une balle dans la colonne vertébrale, Bruce Wayne force son protégé à prendre congé de la lutte contre le crime, mais ce dernier désobéira aux ordres, et suivra seul la piste du Prince clown du crime, une décision qui pourrait bien avoir des conséquences funestes.

La pochette du boîtier

En 1988, Jim Starlin et Jim Aparo ont marqué à jamais l’univers de Batman, avec l’arc narratif A Death in the Family. Bien conscient que le personnage n’avait jamais remporté la faveur du public, Denny O’Neil, éditeur de l’époque chez DC Comics, a alors une idée fort originale : mettre sur pied une ligne téléphonique, afin que les lecteurs se prononcent sur le sort de Jason Todd. Suite au vote populaire, ce dernier sera finalement tué par le Joker. Reprenant cette idée d’interactivité, le film d’animation qui en découle permet également au spectateur d’influer sur le cours de l’histoire, et à quelques reprises durant le visionnement, on peut déterminer la suite des événements à l’aide des flèches de la télécommande. Il ne s’agit pas de choix cosmétiques, mais bien de décisions graves, dont les embranchements changent en profondeur le récit, au point où sept conclusions différentes sont possibles.

Reprenant la formule de la série d’anthologie Showcase, Batman: Death in the Family s’accompagne de quatre autres films d’animation d’une quinzaine de minutes chacun, mettant en valeur des personnages moins connus de DC Comics. Dans Sgt. Rock, le héros de la Deuxième Guerre mondiale doit capturer des scientifiques nazis avec une escouade composée du monstre de Frankenstein, d’un vampire, et d’un loup-garou. Adam Strange présente une version déchue et alcoolique de l’aventurier de l’espace, qui aura l’occasion de se réhabiliter quand la planète sur laquelle il s’est échoué est attaquée par des créatures dignes de Starship Troopers. Sorte de version pour adultes de Scooby-Doo, The Phantom Stranger verra une jeune beatnik sauvée des griffes d’un démon par l’énigmatique homme masqué. Dans le dernier film, Death, un personnage issu du Sandman de Neil Gaiman, aidera un artiste sans le sou à trouver l’inspiration et la reconnaissance avant sa mort.

Image tirée du film

Bien que chacun des cinq films soient signés par quatre réalisateurs différents, ils possèdent tous sensiblement le même style d’animation en 2D, avec des personnages beaucoup moins élaborés que ceux des comics, mais posés sur des décors un peu plus réalistes. Il est décevant que le Joker ne soit plus doublé par Mark Hamill, d’autant plus que la performance de John DiMaggio donne une voix plus posée et équilibrée au dément personnage. Kevin Conroy, l’interprète de Batman dans toutes les animations des vingt dernières années, est remplacé ici par Bruce Greenwood, et ce dernier tire quand même assez bien son épingle du jeu. La distribution compte aussi Gary Cole (Jim Gordon), Karl Urban (Sergeant Rock) ou Peter Serafinowicz (The Phantom Stranger). Michael Rosenbaum, qui jouait Lex Luthor dans la série Smallville, incarne Seth, un séduisant démon millénaire.

L’édition haute définition de Batman: Death in the Family inclut cinq courts-métrages d’animation sur un seul disque au format Blu-ray, et s’accompagne également d’un code donnant accès à une version numérique. On ne compte pas beaucoup de matériel supplémentaire, mais chaque film d’animation comprend sa propre piste de commentaires, livrée par Amy Dallen et Hector Navarro, les deux animateurs de DC Daily, une émission quotidienne d’actualité diffusée sur les ondes de la chaîne spécialisée DC Universe.

Créer une version interactive de Death in the Family était une excellente façon de rendre hommage au classique de Jim Starlin et Jim Aparo, et devant un résultat aussi concluant, il y a fort à parier que les studios Warner reprendront cette formule, où les spectateurs décident du cours des événements, dans leurs prochaines animations.

Batman : Death in the Family

7.5/10

Réalisation : Brandon Vietti, Bruce Timm, Sam Liu et Butch Lukic

Scénario : Brandon Vietti, Louise & Walter Simonson, Tim Sheridan, J.M. DeMatteis, Ernie Altbacker (d’après l’histoire de Jim Aparo et Jim Starlin et les personnages crées par Bill Finger, Bob Kane, Bob Brown, Gerry Conway, Dick Giordano, Don Newton et Denny O’Neil)

Avec : Bruce Greenwood, Vincent Martella, John DiMaggio, Gary Cole, Karl Urban, Nolan North et Michael Rosenbaum

Durée : 96 minutes

Format : Blu-ray

Langue : Anglais, français et espagnol

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

High Score, entre initiation et nostalgie

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre