Séance de test – Huawei et ses FreeBuds 3: beaucoup de bruit… en toute discrétion

0

Il y a, semble-t-il, écouteurs et écouteurs. Et dans un contexte technologique où les grands fabricants de téléphones intelligents semblent avoir définitivement tourné le dos au bon vieux port 3,5 mm pour écouteurs avec fil, force est de faire contre mauvaise fortune bon coeur et de se tourner vers les écouteurs sans fil. Pour les intéressés, Huawei offre ses nouveaux FreeBuds 3, qui font de l’excellent travail.

Vendus pour 260$ la paire au Canada, ces écouteurs Bluetooth sont bien sûr livrés dans leur étui rechargeable qui se connecte à un ordinateur par câble USB. Fait à noter, le câble en question est équipé d’un côté d’un connecteur USB-C, pour être branché à l’étui, ainsi que d’un connecteur USB standard pour être branché dans l’ordinateur. Il est probablement possible de brancher le tout directement dans le mur si l’on dispose de prises de courant spéciales, ou en se servant d’un adaptateur généralement vendu avec un téléphone intelligent, par exemple, ou que l’on peut acheter séparément en magasin ou en ligne.

Le choix de se tourner vers un port USB standard pour la recharge à partir d’un ordinateur témoigne peut-être d’une volonté, pour Huawei, d’être accessible au plus grand nombre. Oui, les ports USB-C ont tendance à se multiplier sur les ordinateurs portatifs, par exemple, notamment ceux fabriqués par Apple, mais la grande majorité des ordinateurs, portatifs ou non, disposent de connexions USB standard, qu’il s’agisse (ou pas) de l’appareil auquel on souhaite connecter les écouteurs.

Car si l’on pense bien sûr à lier par Bluetooth ces FreeBuds 3 et notre téléphone intelligent, notamment pour discuter au téléphone ou encore écouter de la musique, rien n’empêche, évidemment, de les utiliser uniquement pour leur qualité sonore étonnante.

Il faut effectivement rendre à César ce qui lui appartient: les FreeBuds 3 disposent de hauts-parleurs de bonne qualité. On aurait pu craindre que la conception « ouverte » des écouteurs fasse en sorte que ceux-ci dispensent une musique distordue, difficile à entendre, ou encore noyée par les bruits ambiants. Or, il n’en est rien. Bien sûr, on s’inquiète de savoir si les deux petits gadgets à fort prix vont bel et bien tenir dans l’oreille, puisque les écouteurs ne sont pas entourés des traditionnels caoutchoucs. Une oreille de forme différente est si vite arrivée, et avec elle, un inconfort, voire une incapacité complète à utiliser ce produit.

Idem pour l’idée que les sons ambiants puissent continuer à entrer dans l’oreille sans être amoindris ou amortis; cela donne l’occasion de suspendre la diffusion de sons ou de musique d’un simplement mouvement de la main (certaines actions tactiles sont possibles), et incidemment de passer pour un cuistre qui ne veut même pas retirer ses écouteurs pour discuter avec son interlocuteur. Mais Huawei a surtout mis en place un système « d’annulation » des bruits, où un logiciel tentera de contrer les sources de dérangement extérieures pour que l’utilisateur puisse entendre le mieux possible sa musique. Est-ce que le tout est couronné de succès? Plus ou moins. Par définition, ce genre de système s’appuie sur une tentative de prédiction des bruits ambiants, ce qui laisse toujours la place à une certaine marge d’erreur. Veillez, donc, à utiliser vos FreeBuds 3 dans un environnement relativement silencieux. Et puis, il faut admettre que très peu d’écouteurs permettront de ne plus du tout entendre un bébé qui pleure, un téléphone qui sonne, ou encore un marteau-piqueur dans la rue.

À défaut de vouloir équiper son téléphone, par exemple, d’un adaptateur permettant d’utiliser un bon vieux port audio avec des écouteurs filaires, ou encore de vous munir d’un casque d’écoute Bluetooth (ce qui peut être encombrant et ne règle en rien le problème de la recharge après quelques heures), les FreeBuds 3 représentent une option franchement intéressante pour utiliser des écouteurs sans fil… sans oublier la possibilité de les ranger dans leur étui, une fois l’utilisation terminée, et de glisser celui-ci dans votre poche!


Autres contenus:

Les jeux vidéo ont la cote en temps de pandémie

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre