Zombie Army 4 – Dead War: de la bonne cervelle fraîche

0

Point de paroles ou de musique des Cranberries, dans ce Zombie Army 4 – Dead War. Ou de cette tension constante qui prévalait dans Left 4 Dead et sa suite, alors que le « directeur » pouvait à tout moment lâcher une horde de mangeurs de chair fraîche contre les joueurs. Mais il y a certainement quelque chose de particulièrement accrocheur dans cette quatrième déclinaison de cette série développée par Rebellion.

Portant longtemps l’appellation Sniper Elite – la série est en fait dérivée de cet univers « sérieux » se déroulant lui aussi durant la Deuxième Guerre mondiale, Zombie Army met aux prises le joueur avec, on l’aura deviné, des milliers de morts-vivants. Cette fois, les zombies se sont multipliés grâce à Hitler qui, refusant de perdre contre les armées alliées et les Soviétiques, a conjuré le Mal et déchaîné les Enfers. Voilà donc l’Europe submergée par les hordes de mangeurs de cerveaux, et il faudra tenter de survivre dans ce monde toujours au bord du précipice.

Fusils de précision, mitraillettes, pistolets, corps à corps… Les outils à la disposition des joueurs ne sont pas particulièrement nouveaux, pas plus que les objectifs à accomplir. Généralement, tout tourne autour du fait d’atteindre un certain endroit, d’activer une série de leviers, de défendre un lieu en particulier, etc. Et pour ce faire, il faudra abattre des quantités industrielles de zombies. Contrairement à d’autres jeux au thème similaire, cependant, il ne suffit pas de viser le torse ou des membres des ennemis pour espérer les renvoyer dans l’autre monde. La série Sniper Elite étant ce qu’elle est, Zombie Army 4 se présente davantage comme un jeu tactique que comme un jeu d’action pure où il ne suffit que de tirer dans le tas. Oui, tirer quelques balles dans le corps d’un zombie suffira éventuellement à le tuer, mais il y a de fortes chances qu’il faille gaspiller de précieuses munitions, ou que l’ennemi, une fois tombé au sol, soit ressuscité par un sombre processus démoniaque. Visons donc la tête, comme dans tout bon produit culturel zombie-esque qui se doit.

Il est aussi possible de jouer à Zombie Army 4 en tenant compte de la force du vent et de l’effet de la gravité sur les balles, tout comme le jeu offre bien entendu la caméra de ralenti montrant des munitions de fusil de précision faisant exploser crânes, intestins et autres testicules, mais si toutes ces fonctionnalités existaient déjà dans Sniper Elite 4 – sans les zombies, bien sûr –, ici, tout cela semble un peu surfait. Mieux vaut se contenter de jouer en mode normal, sans avoir à se soucier de tous ces ajouts qui ne viendront, en fait, que compliquer les choses. Quant à la caméra de ralenti, on ira vite fait de la désactiver dans les options. Il est plaisant de voir des crânes exploser, mais après une dizaine de répétitions de cette séquence, on se prend à bâiller.

Image tirée du jeu

À deux (et plus), c’est mieux

D’abord conçu pour y jouer à plusieurs, Zombie Army 4 permet bien sûr de tenter d’accomplir les diverses missions sans devoir s’appuyer sur des amis ou des inconnus sur internet. Force est d’admettre, cependant, que l’ennui s’installe rapidement. Progresser un peu, tirer, recharger, fouiller les environs, progresser un peu, tirer… À deux, trois ou quatre, l’action se déroule plus vite, de nouvelles options tactiques s’offrent à nous, et il est bien sûr toujours possible d’échanger conseils et cris d’effroi à l’aide de son logiciel de communication préféré.

D’ailleurs, jouer en solo a mené à la fois ce journaliste et l’ami qui a bien voulu participer aux séances de test à se désintéresser de l’aventure à un joueur approximativement au même endroit du premier chapitre de l’aventure.

Malgré quelques aspects qui pourraient paraître rébarbatifs, comme cette décision incompréhensible de déterminer que la touche par défaut pour passer par-dessus des obstacles serait Majuscule gauche, alors que la touche Contrôle est bien plus accessible, ou que l’attaque au corps à corps, assignée à la touche Espace, pourrait aisément se retrouver ailleurs sur le clavier, histoire de laisser la place, encore une fois, à une touche plus « logique » pour escalader caisses, barrières et autres rebords de fenêtres, Zombie Army 4 est non seulement amusant, mais le plaisir croît avec l’usage. À mesure que l’on progresse dans le scénario, on souhaite comprendre le phénomène derrière ce retour des zombies, et surtout trouver une manière de l’arrêter. Sans compter qu’en poussant plus avant notre exploration des villes infestées de morts-vivants, les opportunités d’affrontements complètement déjantés se multiplient, au grand plaisir des amateurs de jeux de tir. Le tout, bien entendu, dans des décors richement décorés qui justifient fort probablement la taille conséquente du titre sur le disque dur du joueur.

Il faudra donc tenter l’aventure de Zombie Army 4. Non pas parce qu’il s’agit d’un jeu parfait, mais parce que les bonnes idées y sont nombreuses. Et parce qu’il faut se faire à l’idée que Valve ne sortira probablement jamais Left 4 Dead 3, si tant est que le titre ait déjà été en développement quelque part.

Zombie Army 4 – Dead War

Développeur et éditeur: Rebellion

Plateforme: Xbox One, PlayStation 4, Windows (Epic Games Store)

Jeu disponible en français (interface et sous-titres)


Autres contenus:

Premières impressions du jeu Disintegration

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre