On the Basis of Sex, un film de genre

3

Disponible dès aujourd’hui en Blu-ray, DVD et vidéo sur demande, le film biographique On the Basis of Sex de la réalisatrice Mimi Leder revient sur la première bataille juridique de Ruth Bader Ginsburg pour que le sexisme cesse d’être enchâssé dans la loi.

Si l’égalité entre les sexes est sur la voie d’être atteinte, c’est en grande partie dû à la ténacité de battantes comme la Juge de la Cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg. Dès le début de sa carrière, cette pionnière, comptant parmi les premières étudiantes admises à Harvard en 1956, fut confrontée au paternalisme de ses pairs comme de ses professeurs, ce qui ne l’a pas empêchée d’être diplômée en tête de sa classe. Forcée d’enseigner le droit plutôt que le pratiquer parce qu’aucun cabinet ne voulait engager d’avocate, la vie de Bader Ginsburg changera du tout au tout dans les années 1970, lorsqu’elle assumera la défense de Charles Moritz, un aidant naturel s’étant vu refuser un crédit d’impôt simplement parce qu’il était un homme, et le film On the Basis of Sex relate cette bataille juridique qui, paradoxalement, s’avèrera déterminante pour l’avancement du droit de toutes les femmes.

La pochette du boîtier

Un film biographique avec des acteurs permet de mettre en scène les personnages, et de raconter les événements, de façon beaucoup plus émotive qu’un documentaire traditionnel, et c’est exactement ce que fait Mimi Leder avec On the Basis of Sex. Bien que le long-métrage repose en grande partie sur la formule éprouvée du drame juridique, le scénario écrit par Daniel Stiepleman (le neveu de Ruth Bader Ginsburg elle-même) brosse un portrait très humain et touchant de cette figure de proue du féminisme américain, montrant une avocate déterminée et redoutable, mais aussi une épouse dévouée, qui suivra les cours de son mari et effectuera ses travaux en plus des siens lorsque ce dernier sera atteint d’un cancer testiculaire, et une mère attentive, parfois poussée à l’action par le militantisme de sa propre fille.

Felicity Jones (Rogue One: A Star Wars Story, A Monster Calls) est la vedette incontestable de On the Basis of Sex, et grâce à son étonnante ressemblance physique, l’actrice fait revivre à l’écran une jeune Ruth Bader Ginsburg, dans une performance authentique qui risque de marquer sa carrière. Armie Hammer (The Lone Ranger, The Man from U.N.C.L.E.) interprète Martin Ginsburg, le mari de Ruth, avec beaucoup de sincérité, et arborant une moustache digne d’un porno des années 1970, Justin Theroux incarne Melvin Wulf, le directeur du A.C.L.U. de l’époque. Même s’il s’agit de petites apparitions, on apprécie la présence de Sam Waterston (le recteur de Harvard) et de Kathy Bates, qui prête ses traits à la célèbre avocate Dorothy Kenyon.

Image tirée du film

Mimi Leder, à qui l’on doit Deep Impact et une dizaine d’épisodes de la géniale série The Leftovers, reproduit bien la petite bourgeoisie américaine des années 1950 et la frénésie sociale des années 1970, mais dans l’ensemble, On the Basis of Sex est une œuvre verbeuse, comportant beaucoup de têtes parlantes, et dotée d’une réalisation plutôt statique. L’action se déroule principalement dans des bureaux, des classes et des salles de Cour, et la dernière demi-heure du long-métrage verse carrément dans le drame judiciaire, avec le procès en tant que tel et ses plaidoiries. La seule fantaisie visuelle que se permet Leder se trouve à la toute fin du film, alors que Felicity Jones commence l’ascension des marches de la Cour suprême, et que la caméra révèle la vraie Ruth Bader Ginsburg au sommet.

L’édition Blu-ray de On the Basis of Sex inclut aussi un code pour télécharger une copie numérique. On trouve trois courtes revuettes du côté du matériel supplémentaire. Dans la première, la réalisatrice Mimi Leder explique ses motivations pour réaliser cet hommage cinématographique, tandis que les acteurs principaux parlent de leur expérience sur le plateau de tournage. La seconde explore l’héritage de Bader Ginsburg, et les conséquences légales et sociales du fameux procès dépeint dans le film. Le dernier document s’attarde à la relation exceptionnelle entre Ruth et Martin Ginsburg.

En terme de réalisation, On the Basis of Sex est un film ordinaire qui raconte une histoire extraordinaire, et ne serait-ce que pour constater tout le chemin parcouru et en apprendre un peu plus sur Ruth Bader Ginsburg, cette œuvre biographique vaut certainement la peine d’être vue.

6.5/10

On the Basis of Sex

Réalisation : Mimi Leder

Scénario : Daniel Stiepleman

Avec : Felicity Jones, Armie Hammer, Justin Theroux, Sam Waterston, Chris Mulkey et Kathy Bates

Durée : 120 minutes

Format : Blu-ray + copie numérique

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

FIFA – Rêver les villes, une femme à la fois

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

3 commentaires

  1. Pingback: Critique On the Basis of Sex - Patrick Robert

  2. Pingback: Dans les archives de Doctor Who, avec Peter Davison Complete Season One - pieuvre.ca

  3. Pingback: Lepage au Soleil – Envers d’une pièce de théâtre proscrite - pieuvre.ca

Répondre